Debating India
Home page > Public directory > Social and Economical Issues > Education > L’?ducation des femmes est d?cisive

International

L’?ducation des femmes est d?cisive

Propos recueillis par Dominique Bari

Friday 12 May 2000, by BARI*Dominique , JAFFRELOT*Christophe

Christophe Jaffrelot est chercheur au Centre d’?tudes et de recherches internationales (CERI) et r?dacteur en chef de la revue Critique internationale. Sp?cialiste de l’Inde, il vient de publier Dr Ambedkar, leader intouchable et p?re de la Constitution indienne. Il est aussi l’auteur de l’Inde contemporaine (1).

La forte population de l’Inde peut-elle ?tre consid?r?e comme un atout ?

Christophe Jaffrelot. Non, je ne le pense pas du tout. C’est au, contraire, un poids. L’Inde se retrouve chaque ann?e avec 17 millions de personnes suppl?mentaires. Ce sont autant de bouches ? nourrir et de jeunes ? scolariser par la suite. La pression sur la terre est de plus en plus forte. Mais ne cachons pas que pour les nationalistes hindous, aujourd’hui au pouvoir, une forte population est consid?r?e comme un atout. Ils d?fendent la conception selon laquelle l’Inde sera plus d’autant plus puissante qu’elle sera peupl?e. Dans les faits, on mettra plus de temps ? r?duire la pauvret?. Le PIB par habitant reste inf?rieur ? celui du voisin pakistanais.

Comment sortir de cette impasse ?

Christophe Jaffrelot. On constate un grand contraste d?mographique entre le nord et le sud. Car si le planning familial en tant que politique publique a ?chou? partout, on peut dire que le sud a r?ussi sa r?volution d?mographique mais pour des raisons propres. Au Kerala, le taux d’accroissement naturel se situe aux environs de 1,3 %. Dans d’autres ?tats comme l’Uttar Pradesh, o? il est de 2,2 %, on pr?dit une stabilisation de la population vers 2050. Ce qui est tr?s loin. Tout le nord en g?n?ral, et l’Uttar Pradesh en particulier, a beaucoup de retard.

Pourquoi un tel d?s?quilibre ?

Christophe Jaffrelot. La scolarisation et l’alphab?tisation sont plus d?velopp?es dans le sud. Le Kerala a ?t? un pionnier dans ce domaine. L’?ducation des femmes reste la variable d?cisive dans la baisse de la natalit?. Un autre point entre en ligne de compte : le d?veloppement ?conomique. D?s qu’il y a amorce de meilleures conditions de vie et de consommation, la classe moyenne est beaucoup plus prudente en mati?re de contraception.

Y a-t-il un espoir de voir se r?duire ce taux de natalit? ?

Christophe Jaffrelot. Il se r?duit. La moyenne nationale est pass?e sous la barre des 2 pour mille. C’est mieux qu’au Pakistan dont le taux est encore de trois. Il n’en reste pas moins que ce taux est encore pour l’Inde un gros handicap mais qui est appel? ? dispara?tre progressivement au fur et ? mesure que l’?ducation d’un c?t?, le d?veloppement ?conomique de l’autre l’emporteront sur les traditions. Car cette forte natalit? est encore largement due ? une question de tradition notamment hindoue. Les parents souhaitent un descendant m?le pour certains rites fun?raires et surtout pour ne pas d?bourser de dot.

Vous avez parl? de pression sur la terre. Peut-on craindre de nouvelles formes de famine ?

Christophe Jaffrelot. Non, pas ? court terme. L’Inde a atteint une autosuffisance alimentaire durable gr?ce ? la r?volution verte depuis les ann?es soixante-dix. Les derni?res famines remontent ? 1966-1967. Le probl?me actuel se concentre sur la forte d?forestation qui pose le probl?me de l’?rosion des sols. Ce qui finira peut-?tre par faire resurgir des probl?mes de production alimentaire. Mais on n’en est pas l?. Il existe des zones de disettes mais ce n’est pas alarmant, car les r?gions productives sont suffisamment nombreuses.

See online : http://www.humanite.presse.fr/popup...

P.S.

(1) Paru aux Presses de Sciences Po, mars 2000, 155 francs.

L’Inde contemporaine, ?ditions Fayard, 1996.

Article paru dans L’Humanit?, ?dition du 12 mai 2000.

SPIP | template | | Site Map | Follow-up of the site's activity RSS 2.0