Debating India

CHINE

Sexe ? l’?cole

Beno?t Merlin

Thursday 4 December 2003, by MERLIN*Beno?t

Article paru dans Le Monde, ?dition du 4 d?cembre 2003.

En Chine, le sexe ne fait pas recette. Du moins au guichet. A Shangha?, le Mus?e de l’art ?rotique, cr?? en 1999, a connu une panne inqui?tante.

Mis ? part quelques touristes, les gens boudaient l’?tablissement. Il ne comptait que vingt ? trente visiteurs par jour. A 4 euros l’entr?e, le "mus?e du sexe" - comme on l’appelait d?daigneusement l?-bas - n’?tait plus rentable. Ne pouvant plus payer son loyer, l’?tablissement a d?cid? d’aller voir ailleurs et a emm?nag? en ao?t ? Tongli dans... une ancienne ?cole de jeunes filles ! Le mus?e, dont la principale pi?ce de collection est une statue antique repr?sentant deux lesbiennes enlac?es, ne pouvait esp?rer meilleur emplacement.

Liu Dalin, le conservateur du mus?e, s’amuse de cette pirouette. Depuis qu’il a cr?? cet ?tablissement, ce sociologue de 71 ans ? la retraite collectionne les p?titions et les demandes d’expulsion. Avec une collection de 3 700 objets repr?sentant l’art ?rotique de la Chine ancienne, dont vingt datant de plus de 5 000 ans, Liu Dalin est un voisin g?nant. Un p?lerin ind?sirable, pri? d’aller pr?cher sa bonne nouvelle un peu plus loin. "Au d?but, je pensais pourtant que ce mus?e int?resserait les gens", affirme ce passionn? qui s’endette de cent mille dollars pour financer son projet.

Mais, d?s son inauguration, le mus?e d?range. Situ? sur Nanjing Road, il d?tonne parmi les nombreuses ?choppes et magasins de cette c?l?bre art?re commer?ante. Pas bon pour le petit commerce. Sa pr?sence trouble les employ?s, qui lorgnent un peu trop les affiches du mus?e, mais aussi les passants, les touristes, les clients, choqu?s par tant de d?ballage, affirment ses voisins. Appel?es ? la rescousse, les autorit?s municipales s’en m?lent. Dans leur ligne de mire, un panneau de publicit? accroch? en pleine rue et sur lequel figure le mot "sexe". Presque du racolage. Elles ordonnent ? Liu Dalin de l’enlever au pr?texte que les publicit?s sur les produits sexuels sont interdites dans le pays. "Un mus?e sur la culture sexuelle n’a rien ? voir avec des produits sexuels", se d?fend le conservateur.

R?sultat : le mus?e perd son panneau et son principal bailleur de fonds, une entreprise publique. Et se retrouve sur le trottoir... Direction, les bas-fonds de Shangha? et leurs loyers abordables. Plus de subventions, peu de visiteurs, d?gringolade de la vente des gadgets et des souvenirs, le t?tu conservateur n’abdique pas. Cet ?t?, il demande aux autorit?s touristiques de le mentionner comme une attraction locale dans les agences de voyage. Nouveau refus. Il d?cide de quitter la ville, mauvaise coucheuse : "Je n’ai pas r?ussi ? casser les st?r?otypes des gens de cette province, des illettr?s en mati?re de sexe... C’?tait mon pari", lanc? ? une ville dont l’app?tit sexuel ne cesse pourtant de cro?tre depuis vingt ans, avec la multiplication de ses bordels d?guis?s en bars, saunas ou salons de coiffure. Direction Tongli, une petite ville de la province du Jiangsu, ? 80 kilom?tres de la prude Shangha?. Liu Dalin est tomb? sous le charme de ses nouveaux locaux, plus de six mille m?tres carr?s de surface d’exposition, qu’il ouvrira en avril 2004. Le septuag?naire a retrouv? "l’excitation d’un jeune homme" dans une ?cole de jeunes filles...

SPIP | template | | Site Map | Follow-up of the site's activity RSS 2.0