Debating India

WOMANCIPATION

L’arm?e des "Bangles Girls"

Beno?t MERLIN

Monday 1 December 2003, by MERLIN*Beno?t

Article paru dans "Le Monde", ?dition du 1er d?cembre 2003.

Bangle Power. C’est la d?clinaison indienne du fameux Girl Power. A Bombay, les femmes brandissent le bracelet comme d’autres l?vent le poing. La r?bellion a commenc? en 1997, lors de la conf?rence de New Delhi sur les femmes en politique.

Elle s’est achev?e sur une promesse historique : un quota de 30 % des si?ges du Parlement leur sera r?serv?. Deux ans apr?s, elles ne sont encore que 9 %...

Puisque les politiques les toisent, elles se d?cident ? prendre leur destin en main en cr?ant, d?but novembre, le Womanist Party of India, le premier parti 100 % f?minin. Bas? ? Bombay, la rivale de New Delhi, si?ge du Parlement... Son logo : une main orn?e de bracelets. Pas ces bimbeloteries en plastique fluo, mais de l’acier gris et froid. Le nouveau regard des femmes aux sourires safran. "Nous sommes une force avec laquelle il va falloir compter", pr?vient fermement Varsha Kale, la pr?sidente du parti.

A New Delhi, la nouvelle a provoqu? quelques sourires amus?s, la pr?sidente s’y attendait : "Il ne s’agit pas d’une folie passag?re ou d’une r?action aux hommes, nous sommes l? pour nous battre, gagner des ?lections et avoir des repr?sentantes au Parlement." Le plan de bataille est fix? : obtenir des si?ges lors des prochaines ?lections r?gionales de la r?gion du Maharastra, avant de s’attaquer aux deux Chambres du Parlement, le Rajya Sabha, le Conseil des Etats indiens, et le Lok Sabha, la Chambre du peuple.

En attendant le congr?s fondateur pr?vu en avril, le mouvement s’organise : deux sections ont ?t? cr??es, l’une pour les seniors, l’autre ?tudiante. Le programme est fignol? et traitera des questions d’emploi, d’environnement, de sant? et des droits de la femme en g?n?ral.

Le combat pour les droits civiques, Varsha Kale, 40 ans, ne l’a jamais quitt?. Attir?e par le marxisme et les mouvements f?ministes, elle quitte ses parents ? 18 ans pour rejoindre les mouvements ind?pendantistes de l’Etat de Jharkhand, ? l’est de l’Inde. Mais la jeune militante se lasse de ces id?ologies et rejoint les organisations humanitaires. Jusqu’? l’ann?e derni?re, date ? laquelle germe l’id?e d’un parti exclusivement r?serv? aux femmes. Attention ! Les Bangles Girls n’ont rien ? voir avec les militantes du MLF : "Nous ne sommes pas f?ministes, nous sommes "womanistes" ! " (jeu de mot anglais entre feminist et woman, femme). La guerre des sexes n’aura pas lieu. D’ailleurs, elles ont retouch? leurs banderoles et proclament aujourd’hui : "Les casseroles sur le feu, les politiques au milieu ! " Finie la petite tambouille politicienne !

Le message semble passer puisque les Bangles Girls seraient d?j? plus de 10 000, selon la pr?sidente, qui esp?re en encarter 500 000 l’ann?e prochaine. Une arm?e assourdissante, marchant aux tintements des bracelets vers le Parlement des hommes.

Des ?lus ? qui le nouveau parti a d’ailleurs demand? "de ne pas forcer leur femme ? voter pour d’autres partis"...

SPIP | template | | Site Map | Follow-up of the site's activity RSS 2.0