Debating India
Home page > Public directory > History > Nos deux plus grands empereurs n’?taient pas hindous

INDE

Nos deux plus grands empereurs n’?taient pas hindous

Amartya SEN

Thursday 31 January 2002, by SEN*Amartya

Extrait d’une interview d’Amartya Sen dans le journal Outlook, paru dans le Courrier International, n?587, 31 janvier 2002. Propos recueillis par Subhoranjan Dasgupta.

Le Prix Nobel d’?conomie Amartya Sen livre sa vision de l’histoire selon laquelle l’Inde n’a jamais ?t? un Etat hindou.

OUTLOOK (extraits) New Delhi

OUTLOOK Dans un r?cent discours, vous avez d?fini l’esprit de la discipline qu’est l’histoire comme une "vaste h?t?rodoxie". C’est une merveilleuse expression. Pourriez-vous nous en dire plus ?

AMARTYA SEN L’h?t?rodoxie est importante parce qu’il est n?cessaire, pour comprendre le pass?, d’avoir recours ? des approches diff?rentes. Par ailleurs, l’h?t?rodoxie en elle-m?me compte parfois parmi les choses les plus int?ressantes ? ?tudier dans l’histoire d’une civilisation ou d’une culture. Il faut prendre en compte non seulement la tradition qui se perp?tue, mais aussi les points sur lesquels les gens sont en d?saccord et quelle forme prend ce d?saccord. Par cons?quent, sous ces deux aspects, l’h?t?rodoxie en tant que m?thode et en tant que sujet doit, je pense, faire partie int?grante de l’?tude de l’histoire. Si l’?tude de l’histoire indienne ?tait impr?gn?e de cet esprit, ? quoi ressembleraient les manuels d’histoire de nos ?coliers ? Beaucoup d’entre eux tentent aujourd’hui de pr?senter la p?riode musulmane comme une ?poque d’obscurantisme.

C’est ?videmment une erreur grossi?re. Quel que soit le domaine - la peinture, la musique, la litt?rature, la philosophie ou l’histoire en tant que discipline -, les grandes contributions des universitaires, des intellectuels et des artistes musulmans font pleinement partie de la richesse de la civilisation indienne. Je pense qu’il est ?galement important de souligner qu’il est impossible de parler de l’histoire de cette p?riode comme si on pouvait s?parer les activit?s musulmanes des activit?s hindoues. Les deux groupes ?taient interactifs.

N’y a-t-il pas une affinit? entre la version nationaliste et les r?flexions de Samuel Huntington, qui consid?re la civilisation indienne comme une civilisation hindoue ?

Vous avez raison : on jurerait presque que la pr?sentation de la civilisation indienne en tant qu’hindoue par Huntington est tout droit sortie des ?crits des champions de la cause nationaliste. Huntington voulait classer le monde en fonction d’un seul principe, le principe de ce qu’il appelait la "civilisation" , laquelle, pour lui, se r?sumait essentiellement ? la religion. Il lui fallait donc opposer la civilisation musulmane ? la civilisation occidentale chr?tienne ou ? la civilisation bouddhiste, etc. Mais comment faire rentrer l’Inde dans ce syst?me ? Ayant d?j? trait? le probl?me de l’islam, il a class? l’Inde en tant que civilisation hindoue. Ce qui est une description particuli?rement inappropri?e : l’Inde abrite davantage de musulmans que tout autre pays au monde en dehors de l’Indon?sie et, dans une moindre mesure, du Pakistan. De plus, toute l’histoire culturelle et intellectuelle de l’Inde est une histoire int?gr?e, comme nous venons de le voir.

L’historienne Romila Thapar voit dans la version nationaliste de l’histoire une forme de propagande. Mais quel est l’objectif politique en question ? L’av?nement d’un Etat hindou ?

Romila Thapar est l’un de nos plus grands historiennes du moment. Je n’ai pas lu le texte dont vous parlez, mais je suppose qu’elle sugg?re que la plupart des travaux historiques commis par les champions du nationalisme sont soumis ? un agenda politique. L’Inde n’a jamais ?t? un Etat hindou, m?me avant que les musulmans ne s’y installent. Au cours du premier mill?naire avant notre ?re, ainsi que pendant le premier mill?naire apr?s J.-C., l’Inde a connu une forte pr?sence bouddhiste aux c?t?s de l’hindouisme et du ja?nisme. Les chr?tiens sont venus en Inde au plus tard au IVe si?cle de notre ?re, et il y eut des chr?tiens ici bien avant qu’il n’y en ait en Grande-Bretagne. Les juifs sont ?galement venus tr?s t?t en Inde. Les parsis aussi, quand les pers?cutions ont commenc? en Iran. Quant aux musulmans, ils sont d’abord venus comme n?gociants par la mer d’Arabie [la mer d’Oman], bien avant les conqu?tes militaires des Moghols dans le nord. Autant dire que l’Inde a ?t? soumise ? une grande diversit? d’influences religieuses. D’ailleurs, quand on pense aux grands empereurs qu’a connus l’Inde, on cite g?n?ralement Ashoka et Akbar. Or il s’agit d’un bouddhiste et d’un musulman.

Une histoire nationaliste doit-elle n?cessairement s’appuyer sur des demi-v?rit?s, des mensonges ou des mythes pour continuer ? exister ? Comme le fait de pr?tendre que dans l’Inde antique la vache ?tait v?n?r?e comme gomata [m?re] et que l’on ne consommait pas de viande de boeuf, ou encore qu’Akbar ?tait un ?tranger, un despote sectaire ?

Je pense que, si l’on a une fa?on particuli?re de consid?rer le pass? et que l’on se heurte ? des faits d?rangeants qui n’entrent pas dans cette fa?on ?troite de voir les choses, alors on aura naturellement tendance ? nier les faits en question. On peut facilement dire que ce ne sont pas des demi-v?rit?s : ce ne sont pas des v?rit?s du tout. En fait, je pourrais vous donner de nombreux exemples.

Pourriez-vous nous en citer un seul ?

C’est dans une large mesure gr?ce ? la traduction en perse des Upanishad, r?alis?e par Dara Shikoh, fils a?n? du chah Jahan, que les Europ?ens ont pu d?couvrir les textes sacr?s hindous. Dara Shikoh n’?tait pas un grand sp?cialiste du sanskrit, mais il travailla dur, avec l’aide de ma?tres hindous, pour apprendre le sanskrit, et il traduisit des passages des Upanishad en perse. C’est cette traduction que lut William Jones, un pionnier de l’indologie, et qui l’attira vers l’Inde, vers l’?tude de la religion hindoue. Une grande partie de notre regain d’int?r?t pour notre pass? hindou vient des efforts entrepris par Jones et d’autres membres de la Royal Asiatic Society of Bengal. Or il n’est nulle part fait mention, dans la litt?rature nationaliste, de la contribution de ce prince moghol aux ?tudes hindouistes, tant chez nous qu’? l’?tranger.

SPIP | template | | Site Map | Follow-up of the site's activity RSS 2.0