Debating India
Home page > Public directory > Social and Economical Issues > Foreign trade and external affairs > Les petites voitures indiennes ? l’assaut du march? europ?en

Economie

Les petites voitures indiennes ? l’assaut du march? europ?en

Pierre PRAKASH

Monday 29 September 2003, by PRAKASH*Pierre

Article paru dans Lib?ration, ?dition du lundi 29 septembre 2003.

Le britannique Rover va commercialiser en Europe un mod?le con?u et fabriqu? par l’indien Tata Motors.

Pune (Inde) envoy? sp?cial

l’exception des petits autels d?di?s au dieu hindou Ganesh que l’on peut apercevoir entre deux rang?es de moteurs, l’usine Tata Motors de Pune semble tout droit sortie d’un pays occidental. Cha?ne d’assemblage automatis?e, robots par dizaines et surveillance informatique : le site de production de la ?petite citadine? Tata Indica est ?quip? des derni?res technologies. Symbole de la transformation en cours de l’industrie automobile indienne, l’installation a co?t? la bagatelle de 340 millions d’euros. ?Nous avons voulu nous donner les moyens de faire une voiture indienne digne du march? international?, r?sume V. Sumantran, directeur de la branche voitures de Tata Motors.

Pari gagn? puisque, apr?s s’?tre vendue ? 300 000 exemplaires en Inde, l’Indica s’appr?te aujourd’hui ? conqu?rir le march? europ?en. Alors que la recherche d?veloppement et la cr?ation de nouveaux mod?les restent d’ordinaire l’apanage des pays d?velopp?s, la Tata Indica, voiture 100 % made in India, est en effet reprise par la marque britannique MG Rover. Rebaptis?e CityRover, elle est attendue au Royaume-Uni d’ici le mois de novembre et doit ensuite ?tre commercialis?e dans le reste de l’Europe via le r?seau de concessionnaires Rover. La co-entreprise (joint venture), qui porte sur la livraison de 100 000 unit?s en cinq ans, devrait permettre au constructeur de Longbridge de prendre place ? moindres frais sur le cr?neau tr?s concurrentiel des ?petites citadines?, un march? qui repr?sente en Europe plus de 1,1 million de v?hicules vendus chaque ann?e, et dont Rover ?tait jusque-l? absent. ?Nous avons de grands espoirs pour ce v?hicule, il devrait constituer une part substantielle de nos volumes?, a d?clar? Kevin Howe, repr?sentant de Rover, en recevant le premier mod?le le 16 septembre.

Relance.

En difficult? depuis sa s?paration de BMW il y a trois ans, Rover table en effet sur ce nouveau produit pour redresser ses ventes. L’accord avec Tata Motors est particuli?rement avantageux car il ?vite au constructeur les investissements d’ordinaire n?cessaires ? la cr?ation d’un nouveau mod?le. A l’exception du logo et du pare-chocs, la CityRover ressemble en effet ? s’y m?prendre ? la Tata Indica. ?Il fallait que la voiture ait le feeling et le look d’une Rover, explique V. Sumantran. Nous avons donc l?g?rement modifi? les suspensions avant et revu l’aspect int?rieur et ext?rieur, mais la CityRover garde tous les attributs qui ont fait de l’Indica l’un des plus grands succ?s automobiles en Inde.? Malgr? les co?ts d’acheminement sur le march? britannique, la citadine made in India ne co?tera qu’entre 9 400 et 12 300 euros, et devrait par cons?quent donner du fil ? retordre ? ses concurrentes europ?ennes, en l’occurrence la Peugeot 106, la Citro?n Saxo, la Ford Ka, la Volkswagen Lupo et la Fiat Seicento. Tata Motors ne cache pas sa fiert? de voir son mod?le ainsi repris par une marque occidentale. Le symbole est tel qu’? l’a?roport de Pune, la premi?re chose qui accueille le visiteur est un gigantesque panneau rouge : ?Bienvenue dans la ville de l’Indica.?

?Success story?.

L’accord Tata-Rover confirme le fait que l’Inde est en passe de devenir un acteur important dans le monde de l’industrie automobile. Profitant d’une main-d’oeuvre bon march?, tous les grands constructeurs y ont ?tabli des usines ces derni?res ann?es. Les exportations de voiture made in India ont ainsi d?pass? les 70 000 unit?s l’an dernier, et tout porte ? croire que ce n’est l? que le d?but d’une longue success story. Passant ? la vitesse sup?rieure, plusieurs marques ?trang?res envisagent en effet d?sormais de mettre ? profit les capacit?s indiennes en mati?re d’informatique pour assurer une partie de leurs activit?s recherche et d?veloppement. Install? de longue date, le japonais Suzuki a ainsi d?cid? de faire de l’Inde son centre de fabrication mondial pour ses petits mod?les, tandis que le cor?en Hyundai est en train d’investir 200 millions de dollars afin de doubler ses exportations indiennes pour atteindre 65 000 unit?s export?es d’ici l’an prochain. De m?me, l’am?ricain Ford, dont le mod?le Ikon est d?j? fabriqu? en Inde, vient d’annoncer son intention de renforcer sensiblement ses activit?s dans le pays. Ainsi, le label made in India pourrait bient?t devenir la norme sur le march? automobile mondial.

SPIP | template | | Site Map | Follow-up of the site's activity RSS 2.0