Debating India
Home page > Public directory > Indian Politics > Intouchables, mais pas trop

UTTAR PRADESH

Intouchables, mais pas trop

Ingrid Therwath

Wednesday 17 September 2003, by THERWATH*Ingrid

Article paru dans le Courrier International, ?dition du 17 septembre 2003.

Le d?part d’une dirigeante intouchable et l’arriv?e d’un homme hostile aux basses castes ? la t?te de l’Etat indien d’Uttar Pradesh laisse pr?sager de nouvelles discriminations.

La situation politique de l’Uttar Pradesh, un Etat tr?s peupl? au nord du pays, fait couler beaucoup d’encre dans la presse indienne. Auparavant gouvern? par Mayawati, une intouchable contrainte ? d?missionner r?cemment ? la suite d’un scandale politico-financier, cet Etat est maintenant dirig? par Mulayam Singh Yadav, un politicien aguerri issu de caste interm?diaire et alli? ? des propri?taires terriens de haute caste connus pour leur discrimination ? l’encontre des basses castes. Amar Ujala, un quotidien en hindi lu par plus de 6 millions d’Indiens, rappelle d’ailleurs que Raja Bhaiyya, ancien d?put? et bandit de grand chemin mis en examen dans plus de 35 affaires et impliqu? dans des atrocit?s contre les basses castes, a ?t? "emprisonn? jusqu’au 26 septembre, mais b?n?ficie de l’appui du nouveau dirigeant".

Outlook va plus loin et affirme que la lib?ration imminente du criminel "marque le d?but d’un nouveau chapitre dans l’histoire des castes en Inde. Et la composition sociale de la nouvelle coalition fait tr?s peur aux dalits [litt?ralement opprim?s ; intouchables]. " Selon The Hindu, le grand quotidien de Madras, le BJP [parti nationaliste au pouvoir ? New Delhi] formerait une alliance avec Mulayam Singh et utiliserait le nouveau venu pour s?duire son ?lectorat de haute caste, tout en se r?servant la possibilit? de renvoyer toute responsabilit? sur lui en cas de d?bordements, et ce pr?s de six mois avant les ?lections l?gislatives nationales pr?vues au printemps 2004.

En fait, alors que la Constitution indienne condamne et interdit toute discrimination fond?e sur les diff?rences de caste, les crimes de caste et les conversions ? d’autres confessions pour ?chapper aux brutalit?s sont toujours d’actualit?. La presse rapporte souvent des t?moignages d’intouchables qui, pour ?chapper aux violences et aux discriminations, pr?f?rent se convertir, souvent par villages entiers, au bouddhisme, au christianisme ou ? l’islam. Vimla, une jeune intouchable, a ainsi confi? au Times of India que "le bouddhisme ?tait une b?n?diction. Au moins, gr?ce ? cela, nous serons plus respect?s." Cette solution extr?me, pr?n?e d?s les ann?es 50, par Ambedkar, l’un des auteurs de la Constitution indienne et grand d?fenseur des intouchables, se heurte ? l’opposition farouche des nationalistes hindous, soucieux de d?fendre l’hindouisme et de garder le plus de fid?les possible. Ainsi, des gouvernements r?gionaux domin?s par le BJP ont d?j? promulgu? des lois anticonversion dans quatre Etats (le Tamil Nadu, l’Orissa, le Madhya Pradesh et l’Arunachal Pradesh) tandis que la l?gislation du Gujarat condamne le pros?lytisme, rendant la situation des intouchables de plus en plus p?nible. L’arriv?e de Mulayam Singh ? la t?te de l’Uttar Pradesh laisse envisager un d?veloppement similaire dans cet Etat.

Pourtant, la caste peut ?tre un facteur d’ascension sociale gr?ce aux politiques de discrimination positive. Elle repr?sente aussi une force politique que les diff?rents partis tentent d’exploiter au mieux. Pour le bimensuel Frontline, c’est "une arme pour arriver au pouvoir", et "la d?fection de certaines castes est une raison pour laquelle on perd le pouvoir". D’ailleurs, Outlook note "une transformation rapide de la dynamique sociale depuis une quinzaine d’ann?es" et parle des basses castes comme de "communaut?s r?cemment arriv?es en politique" et conscientes de leur poids ?lectoral.

Dans certaines r?gions, des intouchables arrivent ainsi ? occuper des fonctions politiques importantes. En 1997, Kocheril Narayanan, un intouchable, a m?me acc?d? au poste supr?me : celui de pr?sident de l’Union indienne. L’hebdomadaire The Week relate le cas plus modeste de Rajan Mali, un chauffeur de rickshaw [moto taxi] intouchable devenu, gr?ce au soutien du Parti communiste indien, pr?sident du conseil de son village du Bengale-Occidental. Mais, une fois au pouvoir, Rajan Mali a abandonn? son travail et a cherch? ? ?chapper aux stigmates de sa caste. Les communistes, d??us par son attitude, pensent qu’"? la place, il devrait ?tre fier de diriger un conseil de village o? les gens de haute caste l’avaient auparavant humili? en tant que chauffeur de rickshaw intouchable". Que l’on essaie de s’y soustraire ou qu’on l’exploite ? des fins politiques, la caste reste donc une donn?e fondamentale de la soci?t? indienne.

SPIP | template | | Site Map | Follow-up of the site's activity RSS 2.0