Debating India

Occident - Islam

Le choc, version Grand Guignol

Umberto ECO

Monday 25 August 2003, by ECO*Umberto

Vous voulez avoir une id?e de ce qui se passerait en cas de guerre totale entre l’Occident et le monde musulman ? Accrochez-vous ! Umberto Eco raconte avec une verve rabelaisienne un conflit dont tout le monde sortirait perdant.

Et si les op?rations de guerre en cours poussaient les masses fondamentalistes orientales ? prendre le pouvoir dans divers Etats musulmans ? Et si l’intensification des attentats poussait les masses occidentales ? consid?rer l’Islam dans son ensemble comme l’ennemi ? C’est alors qu’aurait lieu l’Armageddon d?cisif, le choc final entre les forces du Bien et celles du Mal (et, pour chaque partie, le mal, ce serait la partie adverse). Ce n’est pas un sc?nario impossible. Et, comme tous les sc?narios, il doit ?tre d?crit jusque dans ses ultimes cons?quences. Quitte ? exercer l’art de la science-fiction.

Il y aurait donc choc frontal, c’est-?-dire une guerre entre l’Orient et l’Occident (dor?navant, j’utiliserai l’expression "guerre E/O" par commodit?). En quoi cet affrontement serait-il diff?rent de ceux du pass? ? Au temps des croisades, le potentiel de guerre des musulmans n’?tait pas tr?s diff?rent de celui des chr?tiens : les deux camps disposaient d’?p?es et de machines de guerre. Aujourd’hui, l’Occident a l’avantage du point de vue de la technologie militaire (le Pakistan, s’il ?tait aux mains des fondamentalistes, pourrait, il est vrai, utiliser l’arme atomique, mais tout au plus r?ussirait-il, mettons, ? raser Paris, et ses r?serves nucl?aires seraient an?anties). Si un avion de ligne am?ricain s’?crase, on en construit un nouveau, mais, si un avion syrien s’?crase, il est plus difficile pour les Syriens d’en acheter un autre en Occident. Si l’Est rase Paris, l’Ouest lance une bombe atomique sur La Mecque. L’Est propage le bacille botulique par la poste et l’Ouest empoisonne tout le d?sert d’Arabie, chameaux compris. Fort bien. ?a ne durerait pas longtemps, un an tout au plus ; ensuite, on continuerait tous ? coups de cailloux...

Sauf qu’il y a une diff?rence par rapport au pass?. A l’?poque des croisades, les chr?tiens n’avaient pas besoin du fer arabe pour forger leurs ?p?es, ni les musulmans du fer chr?tien. Aujourd’hui, en revanche, notre technologie, m?me la plus avanc?e, vit sur le p?trole, et le p?trole, c’est eux qui l’ont, du moins pour l’essentiel. Tout seuls, surtout si on bombarde leurs puits, ils ne pourraient plus l’extraire ; mais nous aussi, nous en serions priv?s, ? moins que l’on ne parachute des millions de soldats occidentaux pour conqu?rir et surveiller les puits, mais, dans ce cas, ce seraient eux qui les feraient sauter, et puis une guerre terrestre, dans ces r?gions, n’est pas facile ? mener.

L’Occident devrait donc revoir toute sa technologie de mani?re ? ?liminer le p?trole. Comme on n’a pas encore invent? une automobile ?lectrique qui d?passe les 80 km/h et n’ait pas besoin de toute une nuit pour se recharger, j’imagine le temps que prendrait cette reconversion. De m?me, s’il fallait propulser des avions et des chars, et faire marcher toutes nos centrales ?lectriques ? l’?nergie atomique, cela prendrait beaucoup de temps, sans compter la vuln?rabilit? de ces nouveaux r?acteurs. Et je me demande si les Sept Soeurs [les principales compagnies p?troli?res] seraient d’accord. Je ne serais pas ?tonn? si des p?troliers occidentaux, pour continuer ? faire des profits, ?taient pr?ts ? accepter un monde islamis?.

Mais ?a ne s’arr?te pas l? : au bon vieux temps, les Sarrasins ?taient d’un c?t? de la mer et les chr?tiens, de l’autre. Si, pendant les croisades, deux Arabes (d?guis?s ?ventuellement en chr?tiens) avaient tent? d’?riger une mosqu?e ? Rome, on leur aurait tranch? la gorge et on ne les y aurait pas repris. Mais, aujourd’hui, l’Europe est pleine de musulmans qui parlent nos langues et ?tudient dans nos ?coles. Si, d?s aujourd’hui, certains s’alignent avec les fondamentalistes de chez eux, imaginons ce qui se passerait s’il y avait la guerre E/O. Ce serait la premi?re guerre avec un ennemi install? chez soi et affili? ? la S?cu. Evidemment, le m?me probl?me se poserait au monde islamique, qui a chez lui des industries occidentales et m?me des enclaves chr?tiennes, comme l’Ethiopie. Vu que l’ennemi est par d?finition m?chant, autant consid?rer tous les chr?tiens d’outre-mer comme perdus. A la guerre comme ? la guerre ! D’embl?e vou?s au massacre. Ensuite, on les canonisera tous place Saint-Pierre.

Mais nous, sur notre propre territoire ? Si le conflit se radicalise outre mesure et si deux ou trois gratte-ciel, ou m?me Saint-Pierre de Rome, s’?croulent, il y aura une chasse aux musulmans, une sorte de Saint-Barth?lemy : on prend tous ceux qui ont des moustaches et le teint vaguement mat, et on leur tranche la gorge. Il s’agit de tuer des millions de personnes, mais la foule s’en chargera, ce ne sera m?me pas la peine de d?ranger l’arm?e. Naturellement, il faudra faire attention ? ne pas ?gorger au passage un Arabe chr?tien ou un Sicilien n’ayant pas des yeux bleus de Normand. H?las, nous sommes si politiquement corrects que, sur notre carte d’identit?, il n’est pas mentionn? si nous sommes chr?tiens ou musulmans. D’ailleurs, il faut se m?fier des Europ?ens blonds qui se sont convertis ? l’islam. Comme on l’a d?j? dit au temps de la guerre contre les Albigeois : "Tuez-les tous, Dieu reconna?tra les siens."

D’autre part, la raison pourrait pr?valoir. On n’?gorgerait personne. Mais m?me les tr?s lib?raux Am?ricains, au d?but de la Seconde Guerre mondiale, ont enferm? dans des camps de concentration (certes, avec la plus grande humanit?) tous les Japonais qui vivaient chez eux, y compris ceux qui ?taient n?s aux Etats-Unis. Donc (et sans faire dans le d?tail), on identifierait tous ceux qui pourraient ?tre musulmans - si ce sont, par exemple, des Ethiopiens chr?tiens, eh bien tant pis ! Dieu reconna?tra les siens - et on les enverrait quelque part. O? ?a ? On pourrait construire des camps de d?tention, mais, vu le nombre d’immigr?s suspects qui se baladent en Europe, il faudrait de la place, une organisation, de la surveillance, de la nourriture et des soins m?dicaux dont le co?t serait insupportable, sans compter que ces camps seraient des bombes pr?tes ? exploser. On ne peut tout de m?me pas faire des camps pour des groupes de quatre personnes.

Ou alors, on les prend tous (ce n’est pas facile, et malheur s’il en reste un seul : il faut le faire vite et en un seul coup), on les charge sur des cargos et on les d?charge... O? ?a ? On demande : "Pardon monsieur Kadhafi, pardon monsieur Saddam Hussein, pouvez-vous, s’il vous pla?t, me prendre ces 3 millions de Turcs que j’essaie de chasser d’Allemagne ? " Difficile. La seule solution serait alors celle des passeurs albanais : on les jette ? la mer, et ?a ferait des millions de cadavres flottant sur la M?diterran?e...

Autre possibilit?, ?tant donn? qu’au fond nous sommes bons, on les laisse tranquillement chez nous, mais derri?re chacun d’entre eux on met un agent de police pour les surveiller. Et o? trouvera-t-on tous ces agents ? Va-t-on les embaucher parmi les immigr?s ?

Naturellement, un musulman raisonnable pourrait r?fl?chir aux cons?quences de la guerre E/O de l’autre c?t? de la barricade : le front des fondamentalistes ne serait certes pas pleinement gagnant ; une s?rie de guerres civiles ensanglanteraient leurs pays, provoquant d’horribles massacres ; les contrecoups ?conomiques retomberaient aussi sur eux et ils auraient encore moins de nourriture et de m?dicaments qu’ils n’en ont aujourd’hui, ce qui les ferait mourir comme des mouches. Mais, si on se place dans l’hypoth?se d’un choc frontal, nous n’avons pas ? nous pr?occuper de leurs probl?mes, mais des n?tres. Revenons donc ? l’Ouest. Au sein de notre coalition se cr?eraient des groupes pro-islamiques, qui r?cuseraient les choix de l’Occident par opposition ? la guerre : de nouveaux sectataires de Gandhi qui croiseraient les bras et refuseraient de collaborer avec leurs gouvernements ou des sectes de fanatiques qui, sans ?tre des fondamentalistes musulmans, se mettraient ? d?cha?ner la terreur pour purifier l’Occident corrompu. Mais il n’est pas indispensable de penser seulement ? ces franges. Je pense ? la majorit?. Est-ce que, en cas de guerre E/O, tout le monde accepterait le rationnement de l’?nergie ?lectrique, sans m?me pouvoir recourir aux lampes ? p?trole ; le black-out fatal des moyens de communication et donc pas plus d’une heure de t?l?vision par jour ; les voyages en bicyclette, et non plus en automobile ; les cin?mas et discoth?ques ferm?es ; la queue aux McDonald’s pour avoir sa ration journali?re (une tranche de pain de son avec une feuille de salade) ? En somme, la fin d’une ?conomie de la prosp?rit? et du gaspillage ? Pour un Afghan ou pour un r?fugi? palestinien, vivre dans une ?conomie de guerre ne changerait rien. Mais nous ? A quelle crise de d?pression et de d?motivation collective ne serions-nous pas confront?s ? Serions-nous dispos?s ? suivre l’appel d’un nouveau Churchill qui nous promettrait "du sang et des larmes" ? Des cort?ges de suppliants ne se cr?eraient-ils pas sur les routes d’Europe, attendant l’Apocalypse ? Nous avons admir? la coh?sion et l’?nergie patriotique des Am?ricains apr?s la trag?die du 11 septembre. Mais si la crise p?troli?re devait conduire au black-out, ? la p?nurie de Coca-Cola et de Big Mac, ? la vision de supermarch?s d?serts avec juste une tomate par-ci et une bo?te de viande p?rim?e par-l? ? Jusqu’? quel point les Noirs de Harlem, les d?sh?rit?s du Bronx, les Chicanos de Californie, les Chald?ens de l’Ohio (oui, il y en a, et je les ai vus, avec leurs costumes et leurs rites) s’identifieraient-ils encore avec l’Occident ? L’Am?rique a b?ti sa force et sa prosp?rit? en accueillant chez elle des gens de toutes races et de toutes couleurs. En cas de choc frontal, le melting-pot tiendrait-il le coup ? Enfin, que feraient les pays d’Am?rique latine, o? beaucoup de gens, sans ?tre musulmans, ont rumin? leur rancoeur au point que, l? aussi, apr?s la chute des deux tours, on murmurait discr?tement que les gringos l’avaient bien cherch? ?

Bref, la guerre E/O pourrait certes voir appara?tre un islam moins monolithique que celui auquel on pense, mais elle aurait affaire ? une chr?tient? fragment?e et n?vrotique, o? seuls quelques rares individus se porteraient candidats pour ?tre les nouveaux Templiers, c’est-?-dire les kamikazes de l’Occident.

Je r?p?te : j’ai d?crit un sc?nario de science-fiction et naturellement j’esp?re, comme tout le monde, qu’il ne se r?alisera pas. Mais c’?tait pour dire que, en toute logique, cela pourrait se produire si une guerre E/O ?clatait. Tous les incidents que j’ai pr?vus d?rivent du fait que la mondialisation est une r?alit? et que les int?r?ts des forces en conflit sont li?s dans un entrem?lement tel qu’il ne saurait ?tre d?fait sans ?tre d?truit. Ce qui signifie qu’? l’?re de la mondialisation une guerre globale est impossible ou qu’elle conduirait ? la d?faite de tous.

Article paru dans "LA REPUBBLICA" (Rome)

SPIP | template | | Site Map | Follow-up of the site's activity RSS 2.0