Debating India
Accueil du site > R ?pertoire public > Neighbouring countries > China > A Davos, la Chine impose ses performances

A Davos, la Chine impose ses performances

samedi 29 janvier 2005

La Chine, acteur d ?sormais incontournable de la croissance mondiale, a fait valoir lors du Forum ?conomique mondial ? Davos les performances exceptionnelles de son ?conomie et impos ? qu’on respecte sa souverainet ? mon ?taire. La Chine rouge mena ?ante et ferm ?e a fait place, selon le vice-Premier ministre chinois Huang Ju, ? "une Chine plus ouverte et plus prosp ?re qui ne servira pas seulement ses 1,3 milliard d’habitants", mais le monde entier. A pr ?sent, la Chine est ? m ?me de "participer ? la coop ?ration ?conomique". Elle "ne peut se d ?velopper dans l’isolement et le monde ne peut se d ?velopper sans le d ?veloppement de la Chine", a-t-il insist ?.

Les chiffres parlent d’eux-m ?mes : avec une croissance annuelle de plus de 9,4% en moyenne entre 1997 et 2003, la Chine, qui repr ?sentait 1% de l’ ?conomie mondiale en 1976, en p ?se d ?sormais quelque 4% et devrait quadrupler son poids d’ici 2020.

La Chine a cr ?? "une nouvelle forme de capitalisme" et "cette g ?n ?ration de dirigeants est si intelligente, si capable", s’est enthousiasm ? le patron de Microsoft, Bill Gates. "Rien ne devrait stopper ce g ?ant", a rench ?ri Takatoshi Ito, ?conomiste de l’universit ? de Tokyo. Car l’ ?conomie bouillonnante aux faibles co ?ts de production, semblable au Japon des ann ?es 1960, est en train de muter. D ?sormais, les entrepreneurs chinois veulent "cr ?er des marques de valeur", reconnaissent "l’importance de la commercialisation, des ressources humaines et de la culture", selon le pdg du cabinet de conseil Deloitte, William Parrett. A l’image du groupe chinois Lenovo, qui a rachet ? les activit ?s pc de l’am ?ricain IBM, la Chine est d ?sormais sans complexes, au point d’exiger le respect des plus grandes puissances de la plan ?te. A l’approche de la r ?union des ministres des Finances du Groupe des Sept (G7) pays les plus industrialis ?s (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni), en fin de semaine prochaine ? Londres, la Chine entend faire respecter sa souverainet ? mon ?taire.

Depuis plus d’un an, les ?conomies occidentales d ?noncent le r ?gime du taux de change de la devise chinoise, le yuan ou renminbi, qui depuis 1994, est arrim ? au dollar ? un taux quasiment fixe d’environ 8,3 yuans pour un dollar. Ce lien permet ? la Chine, en ces temps de faiblesse du billet vert, de jouer facilement de sa comp ?titivit ? commerciale. "Nous sommes en train de faire des efforts pour r ?former le r ?gime de change" du yuan, a certes conc ?d ? Huang Ju, avant toutefois d’avertir : "nous aurons une approche par ?tapes". "Nous n’avons pas de calendrier sp ?cifique pour (la r ?forme) du r ?gime des changes, mais nous devons prendre en compte plusieurs points. En premier, nous avons besoin d’un environnement macro ?conomique stable pour ?tablir un m ?canisme de march ? et un syst ?me op ?rationnel sain", a relev ? Huang Ju."En second, nous avons fait des recherches sur l’ ?tablissement d’un plan de r ?forme des taux de change qui a conclu que le renminbi doit ?tre maintenu ? un niveau raisonnablement stable", en raison de l’impact que la r ?forme pourra avoir sur le pays, mais aussi sur ses voisins, a-t-il soulign ?, faisant ?cho aux propos du gouverneur de la Banque de Chine, Zhou Xiaochuan. "Pour tout pays, le taux de change est une question de souverainet ?" et "doit ?tre d ?cid ? par l’Etat", a d ?clar ? jeudi celui-ci. Huang Ju a m ?me interpell ? les pays riches, qui "doivent respecter leurs engagements, en particulier de r ?duire ou d’annuler la dette des pays en d ?veloppement et accro ?tre l’aide officielle, sans restriction".

P.-S.

Avec AFP

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0