Debating India
Home page > Public directory > Neighbouring countries > Japan > Au Japon, les faussaires diversifient leurs activit?s prosp?res

Au Japon, les faussaires diversifient leurs activit?s prosp?res

Tuesday 25 January 2005, by PONS*Philippe

Tokyo de notre correspondant

Au Japon, les chauffeurs de taxi ont toujours de la monnaie. Depuis quelques temps, ils jettent cependant un regard suspicieux aux clients qui leur pr?sentent un billet de 10 000 yens (80 euro) et l’observent attentivement avant de rendre la monnaie. "Par les temps qui courent vous savez...", s’excusent-ils. Faux billets, cartes bancaires et bons d’achats falsifi?s : les Japonais sont victimes de faussaires en tout genre.

M?me les sanctuaires shinto - culte animiste, religion premi?re du Japon - ne sont pas ? l’abri. En faisant l’inventaire des recettes du d?but d’ann?e, ?poque o? les Japonais s’y rendent en masse pour c?l?brer l’ann?e nouvelle, laisser une obole et acheter des porte-bonheur traditionnels, les pr?tres ont constat? qu’ils avaient ?t? parfois flou?s et r?gl?s en fausse monnaie...

Pour essayer d’enrayer la circulation des billets de 10 000 yens falsifi?s, la Banque du Japon va ?mettre 300 millions de nouvelles coupures. Une goutte d’eau dans l’oc?an de liquidit?s en circulation. L’archipel privil?gie les transactions en liquide qui ne sont l’objet d’aucun plafond l?gal ni de d?claration obligatoire au-del? d’un certain seuil. En valeur, la monnaie fiduciaire repr?sente 15 % du produit int?rieur brut, - proportion ?lev?e pour un pays d?velopp?. La mise en circulation fin novembre de nouveaux billets, notamment de 10 000 yens, munis de dispositifs ?lectroniques pour pr?venir les contrefa?ons, s’est traduite par un afflux d’anciens sortis des "bas de laine" des petits ?pargnants qui veulent les changer contre des nouveaux. Et les faux monnayeurs en ont profit? pour ?couler leur production.

Il y a quelques ann?es, on accusait les Cor?ens du Nord de fabriquer des faux dollars et des faux yens. Cette fois, une vingtaine de voyous japonais ont ?t? arr?t?s. En augmentation, les contrefa?ons de la monnaie nippone sont encore relativement peu importantes (20 000 ? 30 000 cas pour une valeur de 82 millions de yens en 2004) mais elles pourraient augmenter. Les planches ? billets de l’Etat peinent ? suivre le rythme de la fabrication de fausse monnaie.

Certains aigrefins s’adressent ? d’excellents petits imprimeurs qui, en difficult?s, ont eu recours aux services de "requins" du cr?dit. En ?change d’une remise de leurs dettes, ils impriment de faux billets. Ceux-ci sont ?coul?s par des truands qui mettent ? contribution des n?cessiteux, sans-abri ou ch?meurs, qui re?oivent un d?dommagement pour acheter une petite chose et revenir avec de la monnaie. Il faudra plus d’un an pour ?ponger les anciens billets de 10 000 yens, estime la Banque du Japon.

Il n’y a pas que les billets qui sont falsifi?s. Au cours des deux grandes ?poques d’?change rituel de cadeaux au Japon - Nouvel An et F?te des anc?tres en ao?t -, on offre souvent des bons d’achat. Encore plus faciles ? contrefaire que des billets. Et c’est par millions que ces derniers temps sont apparus de faux bons d’achat. Les brasseries Kirin et Asahi ont ainsi ?t? "refaites" respectivement de 50 millions et 80 millions de yens.

Ces bons d’achat peuvent ?tre ?chang?s contre des produits mais aussi contre des liquidit?s. Les "tickets shops", qui proc?dent ? ces rachats prenant au passage un pourcentage. Les autoroutes urbaines, dont les carnets de tickets et les cartes magn?tiques ont aussi ?t? victimes de contrefa?ons, ont enregistr? un manque ? gagner 4 milliards de yens... En d?pit de la traque de la police, les faussaires ont encore de beaux jours devant eux. Philippe Pons

SPIP | template | | Site Map | Follow-up of the site's activity RSS 2.0