Debating India
Home page > Questions internationales > s?curit? > La Bourse du terrorisme ne verra pas le jour

La Bourse du terrorisme ne verra pas le jour

Pascal RICHE

Saturday 2 August 2003, by RICHE*Pascal

Sur fond de scandale, l’administration Bush va se s?parer d’un ser vi teur haut en couleur, l’amiral John M. Poindexter. Ce dernier aurait fait un parfait personnage pour roman d’espionnage burlesque.

Sa nomination, en janvier 2002, ? la Darpa (Defense Advanced Research Projects Agency), service de recherche du Pentagone, avait d’embl?e cr?? une pol?mique ? cause d’une tache disgracieuse sur son CV. Conseiller national ? la s?curit? sous l’administration Reagan, il avait ?t? au coeur de l’affaire Iran-Contra, une vente ill?gale d’armes ? l’Iran destin?e ? financer les rebelles du Nicaragua.

Peu apr?s sa nomination, Poindexter avait d?clench? un autre toll? en d?fendant, au nom de la lutte contre le terrorisme, le projet baptis? Total Information Awareness : un syst?me informatique, qualifi? d’orwellien par ses d?tracteurs, croisant les actes de la vie quotidienne des habitants (retraits d’argent, locations de voiture, achats de billets d’avion, etc.) pour rep?rer les terroristes.

?R?pugnant?. Le scandale qui entra?ne aujourd’hui la d?mission de Poindexter est plus croquignolet encore. La cellule qu’il dirige au sein de la Darpa, projetait de lancer un march? ? terme, sur l’Internet, des ?v?nements au Moyen-Orient. Il aurait ainsi permis de parier, ? la hausse ou ? la baisse, sur les risques d’attentats, d’attaque biologique contre Isra?l ou encore d’assassinat de Yasser Arafat...

Ce sont deux s?nateurs d?mocrates, Ron Wyden (Oregon) et Byron Dorgan (Dakota du Nord), qui ont lev? le li?vre. Lundi, ils ont donn? une conf?rence de presse pour d?noncer ce projet ?r?pugnant? : ?Imaginez qu’un autre pays mette en place un guichet parrain? par l’Etat pour parier sur l’assassinat de personnalit?s politiques am?ricaines ! ?, a lanc? Dorgan, qui a avou? avoir eu du mal, au d?but, ? convaincre ses interlocuteurs qu’il ne s’agissait pas d’un canular. Une th?orie de s?nateurs a ensuite d?fil? devant les micros des journalistes pour conspuer ce ?march? de la mort? (Hillary Clinton, New York).

Pour le Pentagone, ce projet ?tait on ne peut plus s?rieux, comme en t?moigne son financement de 8 millions de dollars. Deux compagnies priv?es, Net Exchange en Californie et Neotek, en Alabama, participaient ? sa mise en place. Le march? devait s’ouvrir le premier octobre. L’int?r?t, selon ses promoteurs, ?tait d’accro?tre l’efficacit? de la lutte contre le terrorisme. Leur id?e centrale ?tait en effet que les march?s se trompent peu d?s qu’il s’agit d’?clairer l’avenir. Ainsi, l’universit? de l’Iowa a test? un march? ? terme des r?sultats des ?lections, qui aurait surpass? la plupart des instituts de sondage.

Apr?s la conf?rence de presse des deux s?nateurs, le Pentagone a d’abord continu? de d?fendre son initiative : ?La recherche indique que les march?s sont extr?mement efficients et qu’ils permettent d’agr?ger instantan?ment des informations dispers?es et parfois cach?es?, expliquait un communiqu?. Mais le lendemain, la pol?mique grossissant, le num?ro deux du Pentagone, Paul Wolfowitz, a annonc? le retrait du projet. ?Je partage votre choc concernant ce type de programme?, a-t-il d?clar?, non sans avoir salu? ?l’inventivit? brillante? de la Darpa.

Le soja comme mod?le. Le march? aurait fonctionn? ? peu pr?s comme celui des c?r?ales ou du soja, mais en portant sur des ?v?nements pr?cis. Exemple fourni par le s?nateur Wyden : ?Vous pensez assez t?t que le Premier ministre X va ?tre assassin?. Alors vous achetez des contrats "future" pour cinq cents chacun. Si d’autres personnes pensent que la personne va ?tre assassin?e, le prix du contrat augmente jusqu’? 50 cents?. Les paris ?tant anonymes, les terroristes auraient pu eux-m?mes y participer, ce qui aurait ?videmment pos? des probl?mes de d?lit d’initi?s, voire de manipulation de cours.

SPIP | template | | Site Map | Follow-up of the site's activity RSS 2.0