Debating India
Home page > Public directory > Neighbouring countries > China > Mutations incertaines de l’?conomie

CHINE

Mutations incertaines de l’?conomie

Wednesday 10 November 2004, by SI ZOUBIR*Lyes

En 2004, la Chine devrait conna?tre une progression du produit int?rieur brut (PIB) comprise entre 8 % et 9 %. Elle est devenue la premi?re destinataire mondiale des investissements directs ?trangers, qui pourraient atteindre, toujours en 2004, le seuil historique des 70 milliards de dollars. Troisi?me importateur (1) et quatri?me exportateur dans le monde, elle a tir? vers le haut la croissance mondiale.

On en parle volontiers comme de l’? atelier du monde ?, fabriquant des produits bas de gamme. Or, comme le rel?ve Patrick Artus, responsable de la recherche ?conomique chez CDC Ixis Capital Markets, ? la Chine devient un producteur comp?titif et de qualit? dans un nombre de plus en plus ?lev? d’industries : textile, jouets, acier, construction navale, mais aussi ?lectronique, ?lectrom?nager, m?tallurgie, biens d’?quipement et, dans le futur, automobile, espace, meubles. La croissance de la production industrielle est particuli?rement forte pour l’informatique et l’?lectronique, l’acier et l’automobile (2) ?.

La Chine est-elle pour autant responsable de la destruction de milliers d’emplois en Occident ? ? C’est vrai qu’elle attire les d?localisations ?, reconna?t l’?conomiste am?ricain Jeremy Rifkin, pour qui l’?conomie chinoise emprunte les m?mes chemins que ses homologues occidentales. ? Mais elle d?truit aussi des emplois industriels, rappelle-t-il, et encore plus vite que n’importe quel pays. ? Entre 1995 et 2002, son industrie a perdu 15 millions d’emplois, soit 15 % de sa main-d’?uvre de production.

Par ailleurs, sans minimiser la vigueur de l’?conomie, nombre d’observateurs ?mettent des doutes sur la fiabilit? des statistiques officielles. Selon eux, la croissance du PIB aurait ?t? surestim?e entre 1997 et 2002, de mani?re ? ne pas d?courager les investisseurs ?trangers, et sous-estim?e depuis 2003 de mani?re ? accr?diter la th?se d’un ralentissement ma?tris? de l’?conomie. Les interrogations portent aussi sur l’importance de cr?ances douteuses d?tenues par les banques locales : une menace s?rieuse pour la stabilit? de l’?conomie. P?kin affirme que celles-ci repr?sentent moins de 10 % de l’ensemble des cr?ances, alors que les banques d’affaires occidentales les estiment ? 30 %, voire ? plus de 50 %. En fait, ? le manque de transparence g?n?ralis? continue ? entourer l’?conomie (3) ?, explique le journaliste Michel de Grandi. Plusieurs scandales ont d?j? ?branl? les Bourses de Shangha? et de Shenzhen, notamment celui de l’assureur China Life, dont la maison m?re a reconnu un trou de 700 millions de dollars dans sa comptabilit?. Preuve que la Chine est loin d’?tre ? l’abri des errements du capitalisme mondialis?, un nombre croissant de soci?t?s nationales sont d?sormais enregistr?es dans des paradis fiscaux comme les ?les Vierges ou les ?les Ca?man.

Autre question abord?e par les ?conomistes, anglo-saxons notamment : la parit? entre le renmimbi (yuan) et le dollar. Depuis le milieu des ann?es 1990, un dollar vaut 8,28 yuans. Pour les Etats-Unis, cette parit? fixe sous-?value la valeur du yuan et, par cons?quent, offre une meilleure comp?titivit? au made in China au d?triment des produits am?ricains. Le d?ficit commercial entre les deux pays (pr?s de 125 milliards de dollars en faveur de la Chine) viendrait essentiellement de cette sous-?valuation. D’o? des pressions r?currentes sur le gouvernement chinois pour qu’il r??value sa monnaie. Ces gesticulations de Washington masquent l’incapacit? de l’?conomie am?ricaine ? rivaliser, dans certains secteurs, avec sa concurrente chinoise, et le penchant du pays ? vivre au-dessus de ses moyens. Car, pour financer leur d?ficit ext?rieur, les Etats-Unis s’endettent en ?mettant des titres que la banque centrale chinoise et ses homologues asiatiques ach?tent. Et, pour entretenir la consommation interne, ils importent les produits chinois ? bon march?...

P.S.

(1) La Chine est le premier importateur de mat?riaux de base, de soja, de coton. Sa part dans le commerce mondial approche les 6 %.

(2) ? La Chine et l’?conomie mondiale ?, Flash CDC, Paris, 28 mai 2004.

(3) ? La Chine risque d’?tre fragilis?e par son opacit? financi?re ?, Les Echos, 8 juin 2004.

in Le Monde Diplomatique, Novembre 2004, p.12.

SPIP | template | | Site Map | Follow-up of the site's activity RSS 2.0