Debating India
Home page > Public directory > Indian Politics > Political Parties & Elections > General Elections 2004 > R?sultats / Results > Nouveau retard dans la formation d’un gouvernement de gauche en (...)

ELECTIONS 2004

Nouveau retard dans la formation d’un gouvernement de gauche en Inde

Monday 17 May 2004

A l’issue d’un bref entretien avec le pr?sident indien, Sonia Gandhi a d?clar? mardi qu’elle le rencontrerait de nouveau mercredi. La Bourse de Bombay est repartie ? la hausse mardi matin.

Des retards inexpliqu?s sont intervenus mardi matin dans le processus de passation de pouvoir en Inde entre le gouvernement nationaliste sortant et le Parti du Congr?s de Sonia Gandhi, qui a remport? les ?lections ? la t?te d’une alliance de gauche. La rencontre qui devait avoir lieu entre Mme Gandhi et le chef de l’Etat, Abdul Kalam, pour discuter de la formation du nouveau gouvernement, a d’abord ?t? retard?e. Mme Gandhi devait annoncer au pr?sident qu’elle dispose d’un soutien parlementaire suffisant pour constituer un gouvernement de coalition soutenu par la gauche. A l’issue d’un bref entretien avec le pr?sident, Sonia Gandhi a d?clar? qu’elle le rencontrerait de nouveau mercredi, signalant implicitement des difficult?s dans la formation du prochain gouvernement. "Nous rencontrerons le pr?sident demain avec toutes nos lettres de soutien", a-t-elle pr?cis?. La journ?e du lundi 17 mai a ?t? marqu?e par une grande nervosit? de la classe politique indienne, encore sous le choc des bouleversements ?lectoraux annonc?s la semaine derni?re. Dans la soir?e, des rumeurs se r?pandaient ? New Delhi, la capitale de l’Inde, selon lesquelles Sonia Gandhi pourrait renoncer au poste de chef du gouvernement f?d?ral de la plus grande d?mocratie du monde.

N?e en Italie il y a 57 ans, Mme Gandhi - qui est citoyenne indienne depuis 1984 et veuve de l’ancien premier ministre Rajiv Gandhi, assassin? en 1991 - est la pr?sidente du Parti du Congr?s, qui est arriv? en t?te au scrutin l?gislatif national organis? du 20 avril au 10 mai derniers. Dimanche soir, Mme Gandhi avait re?u un soutien "unanime" de 19 partis alli?s au Congr?s, ce qui devrait lui assurer la majorit? absolue au Parlement. Apr?s trois jours de discussions, les deux partis communistes indiens ont annonc? lundi qu’ils n’entreraient pas au gouvernement, mais qu’ils le soutiendraient de l’ext?rieur.

ACCALMIE ? LA BOURSE DE BOMBAY

Cette perspective a provoqu? un krach ? la Bourse de Bombay, o? les cotations ont ?t? suspendues ? deux reprises apr?s un plongeon de plus de 15 % sur de nouvelles craintes li?es ? l’arr?t des r?formes ?conomiques, notamment des privatisations. Les transactions ont repris dans l’apr?s-midi et, ? la cl?ture, l’indice Sensex des 30 principales valeurs boursi?res a enregistr? une chute de 11,14 %, la plus importante depuis 1992, qui s’est ajout?e ? une baisse de 6,10 % vendredi dernier. Mardi matin, ? l’ouverture des transactions, l’indice Sensex est cependant reparti ? la hausse. Les investisseurs redoutent que les communistes fassent du chantage au gouvernement Gandhi en exigeant l’abandon pur et simple du processus de privatisations, lanc? par le premier ministre sortant Atal Behari Vajpayee.

Manmohan Singh, vieux leader du Congr?s pressenti pour le poste de ministre des finances, est mont? au cr?neau ? plusieurs reprises dans la journ?e pour tenter de rassurer les march?s. Le nouveau gouvernement sera "pour la croissance et pour le commerce", et "les march?s n’ont aucune raison de paniquer", a-t-il dit. M. Singh a cependant indiqu? que "certaines corrections" seraient apport?es aux r?formes, avec un accent plus fort mis sur l’?ducation, la sant? et les investissements en zones rurales. Les experts rappellent que c’est un gouvernement dirig? par le Parti du Congr?s qui, en 1991, avait lanc? les r?formes en Inde, sous l’impulsion d’ailleurs du m?me Manmohan Singh.

De leur c?t?, les dirigeants nationalistes hindous, en d?pit de leur d?faite aux ?lections, ont intensifi? leur campagne de critiques contre les "origines ?trang?res" de Sonia Gandhi au fur et ? mesure qu’elle se rapprochait du pouvoir. "Les gens de ce pays sont terriblement pein?s, angoiss?s et bless?s par la d?cision du Parti du Congr?s et de ses alli?s de la choisir comme leader", a d?clar? Venkaiah Naidu, pr?sident du Bharatiya Janata Party (BJP) de M. Vajpayee. Les nationalistes hindous, d?faits aux ?lections, ont annonc? qu’ils boycotteraient la c?r?monie d’investiture de Sonia Gandhi au poste de premier ministre en raison de ses origines ?trang?res. "Nous nous abstiendrons, lors de la c?r?monie de prestation de serment, pour exprimer des sentiments populaires", a-t-il dit.

P.S.

Avec AFP

Article paru dans Le Monde, ?dition en ligne du lundi 17 mai 2004.

SPIP | template | | Site Map | Follow-up of the site's activity RSS 2.0