Debating India
Home page > Public directory > Indian Politics > Political Parties & Elections > Indian National Congress > La presse tresse des lauriers ? la chef du Congr?s

INDE

La presse tresse des lauriers ? la chef du Congr?s

Fran?oise Chipaux

Wednesday 19 May 2004, by CHIPAUX*Fran?oise

A peine connue la d?cision de Sonia Gandhi de refuser le poste de premier ministre, des centaines de fid?les du parti du Congr?s se sont rassembl?s devant sa r?sidence au c?ur du Delhi colonial anglais.

New Delhi de notre correspondante en Asie du sud

Agitant des drapeaux du Congr?s, des photos d’Indira Gandhi, assassin?e en 1984, de Rajiv Gandhi, assassin? le 21 mai 1991, de Sonia Gandhi et de ses enfants Rahul et Priyanka, ces partisans d?cha?n?s refusaient de croire ? la nouvelle, jurant fid?lit? ? Sonia Gandhi.

Dans des exc?s, communs en Inde pour ce genre de circonstances, un homme a menac? de se tuer avec un pistolet qu’il a tenu dix minutes sur sa tempe avant que la police ne l’?vacue, une femme a commenc? ? se taillader les poignets, d’autres en transes se sont roul?s par terre.

CONDAMNATION DU BJP

Au sein d’un parti qui a li? son existence ? la dynastie Nehru-Gandhi, plusieurs dirigeants du Congr?s presque en larmes affirmaient ne vouloir que "Madam", comme on appelle Sonia Gandhi, et mena?aient de d?missionner de leur mandat.

La presse indienne dans son ensemble condamne l’attitude des nationalistes hindous du BJP qui ont engag? une campagne violente contre "l’origine ?trang?re de Mme Gandhi" et, au contraire, rend hommage ? son attitude. "Dans aucune d?mocratie les perdants ne sont en droit de rejeter l’arbitrage des urnes" ?crit The Hindu, le quotidien de Madras. "Ayant prouv? sa victoire, la pr?sidente, n?e en Italie, du parti du Congr?s, qui aurait pu ?tre premier ministre ce mercredi, a ?norm?ment rehauss? sa stature politique et morale" affirme son ?ditorial.

"Triste jour pour la d?mocratie" ?crit, de son c?t?, The Economic Times. "La demande orchestr?e par le Sangh Parivar -la famille nationaliste hindoue- est inconstitutionnelle, antid?mocratique et manifestement malhonn?te. La Constitution stipule qu’"aucun citoyen ne doit ?tre in?ligible en raison de sa religion, de sa race ou de son lieu de naissance."" En d’autres termes "il n’y a pas de citoyen de deuxi?me classe en Inde", souligne l’?ditorialiste.

"Le coup de ma?tre de Sonia" noteThe Indian Express. Son refus lui a donn? "une aura qu’elle n’aurait peut-?tre jamais eue comme premier ministre dans ces circonstances difficiles avec une coalition disparate" ?crit l’?ditorialiste. "Cette d?cision peut en fait rendre beaucoup plus facile pour elle d’assumer cette m?me position une prochaine fois".

Enfin, The Times of India titre : "Le pouvoir du Sacrifice. Sonia a donn? une le?on d’Indianit? ? la famille nationaliste hindoue". Fustigeant l’attitude de certains dirigeants du BJP, l’?ditorialiste rel?ve que, "en se retirant pour faire place ? un autre candidat, Sonia a imit? une tradition de renonciation qui, ironiquement, a longtemps ?t? au pinacle de l’id?e de la civilisation indienne".

See online : Le Monde

P.S.

Article paru dans Le Monde, ?dition en ligne du mercredi 19 mai 2004.

SPIP | template | | Site Map | Follow-up of the site's activity RSS 2.0