Debating India
Home page > Public directory > Indian Politics > Political Parties & Elections > General Elections 2004 > R?sultats / Results > Sonia Gandhi sera le prochain premier ministre de l’Inde

ELECTIONS 2004

Sonia Gandhi sera le prochain premier ministre de l’Inde

Saturday 15 May 2004

Sonia Gandhi, Indienne de 57 ans d’origine italienne, a franchi une ?tape cruciale vers sa nomination au poste de premier ministre de l’Inde, apr?s son ?lection samedi ? la t?te du groupe parlementaire de sa formation, le Parti du Congr?s.

Les deux partis communistes de l’Inde ont, en outre, annonc? formellement qu’ils appuyaient sa candidature comme chef du gouvernement f?d?ral de la plus grande d?mocratie du monde. En retour, elle les a invit?s ? participer au prochain gouvernement de coalition.

Sonia Gandhi est "citoyenne indienne" et "ne peut pas ?difier un Empire romain", a ironis? le vieux dirigeant communiste Jyoti Basu, apr?s sa rencontre avec la veuve de l’ancien premier ministre Rajiv Gandhi, dont les origines "?trang?res" ont ?t? au centre de la campagne ?lectorale.

"C’est v?ritablement un moment historique", a pour sa part d?clar? Manmohan Singh, un des t?nors du Parti du Congr?s, pressenti pour le poste de ministre des finances, en annon?ant que Sonia Gandhi avait ?t? ?lue "? l’unanimit?" chef du groupe parlementaire de la formation arriv?e en t?te aux ?lections l?gislatives indiennes. "Il n’y a eu aucune autre proposition" de candidature, a-t-il pr?cis?.

UN "PR?CIEUX MOMENT D’ESPOIR"

Ce serait la premi?re fois qu’une personne d’origine ?trang?re deviendrait premier ministre de l’Inde. N?e en Italie du Nord, Mme Gandhi est citoyenne indienne depuis 1984. Veuve de l’ancien premier ministre Rajiv Gandhi assassin? en 1991, elle est la belle-fille de feu Indira Gandhi, qui a gouvern? l’Inde pendant 15 ans avant d’?tre elle aussi assassin?e en 1984. Sonia Gandhi n’a pris la t?te du parti du Congr?s qu’en 1998 et est toujours consid?r?e comme une novice en politique malgr? sa victoire face aux nationalistes hindous du BJP, le parti de l’ancien premier ministre Atal Behari Vajpayee.

Aussit?t apr?s son ?lection, Mme Gandhi a rappel? le caract?re "la?que" de la R?publique indienne dans un discours domin? par sa volont? d’am?liorer les conditions de vie des Indiens. "L’engagement ? fournir un gouvernement fort et d?vou? au bien-?tre des paysans, des journaliers, des jeunes, des femmes et des plus faibles nous unit tous dans la coalition", a-t-elle dit.

"Nous avons une ?norme t?che devant nous. La voie est sem?e d’emb?ches. Les d?fis sont immenses. Ne soyons pas complaisants", a ajout? Sonia Gandhi en demandant aux d?put?s de sa formation de "ne jamais oublier" qu’ils ont ?t? ?lus par "la volont? du peuple" et qu’ils devront "agir dans son int?r?t".

Elle a ?galement promis "une acc?l?ration des cr?ations d’emplois, de la croissance et des investissements", alors que la Bourse de Bombay avait chut? de plus de 6 % la veille, par crainte que la participation des communistes ne donne un coup d’arr?t aux privatisations. Les milieux ?conomiques redoutent un ralentissement des r?formes ?conomiques, qui pourrait affecter la croissance galopante de l’Inde (8 % cette ann?e).

L’?lection samedi de l’h?riti?re de la c?l?bre dynastie des Nehru-Gandhi fait suite ? la victoire surprise du Congr?s et de la gauche au scrutin l?gislatif national qui s’est d?roul? du 20 avril au 10 mai ? travers l’Inde. Le Parti du Congr?s dit ?tre en mesure, avec tous ses alli?s, de regrouper plus des 272 si?ges requis pour d?tenir la majorit? absolue dans la nouvelle l?gislature.

Des n?gociations doivent se poursuivre dimanche entre le Congr?s et ses partenaires pour ?tablir un "programme commun minimum" de gouvernement. Les communistes insistent pour que cette plate-forme mette l’accent sur les investissements en zones rurales pour la cr?ation d’emplois et, en mati?re de privatisations, sur le maintien dans le giron de l’Etat des entreprises rentables.

Le Congr?s a promis de poursuivre la politique de r?formes lanc?e il y a plus de 10 ans et que la coalition conduite par le BJP avait poursuivie. Mais les experts s’attendent aussi ? quelques r?am?nagements pour r?pondre aux centaines de millions d’Indiens qui ont souhait? sanctionner le BJP pour n’avoir pas su faire profiter ? l’ensemble de la population des b?n?fices d’une ?conomie dynamique.

Dans un article publi? dans Le Monde (dat? du samedi 14 mai), l’?crivain britannique d’origine indienne Salman Rushdie invite ainsi ? la prudence. "M?me s’il est merveilleux d’observer le fonctionnement de la d?mocratie ? une telle ?chelle, on ne doit pas r?server au nouveau gouvernement un accueil inconditionnel. Le temps nous dira si cette nouvelle coalition va tenir ou se d?sint?grer", ?crit-il.

"Le Congr?s va devoir r?apprendre l’art de gouverner apr?s les longues ann?es de travers?e du d?sert. Sonia Gandhi (...) va devoir prouver qu’elle ne se contente pas d’occuper le poste de premier ministre pour que son fils ou sa fille en h?rite" et qu’elle est "un chef v?ritable et rassembleur". "En attendant", conclut Rushdie, "savourons ce pr?cieux moment d’espoir".

See online : Le Monde

P.S.

Avec AFP et Reuters

Article paru dans Le Monde, ?dition en ligne du samedi 15 mai 2004.

SPIP | template | | Site Map | Follow-up of the site's activity RSS 2.0