Debating India

ELECTIONS 2004

L’Inde s?duite par la nouvelle Gandhi

Pierre Prakash

Friday 14 May 2004, by PRAKASH*Pierre

Victoire nette et inattendue de la gauche emmen?e par le Parti du Congr?s aux ?lections l?gislatives.

New Delhi, de notre correspondant

Un v?ritable s?isme politique, que ni la presse, ni les sondages n’avaient vu venir. Contre toute attente, c’est en effet le Parti du Congr?s, principale force d’opposition, qui a remport? les ?lections l?gislatives qui se tenaient depuis la mi-avril, et dont les r?sultats ont ?t? annonc?s hier. Donn? favori jusqu’? la derni?re minute, le Premier ministre sortant, Atal Behari Vajpayee, a d?missionn? d?s hier soir. Dirig? par Sonia Gandhi, h?riti?re de la dynastie qui r?gna sur l’Inde pendant quatre d?cennies, le Congr?s devrait donc annoncer la formation d’un nouveau gouvernement d’ici au 15 mai, probablement avec le soutien des partis communistes, qui viennent d’enregistrer le meilleur score de leur histoire. Bien qu’il lui faille le feu vert du Pr?sident, son retour au pouvoir semblait hier acquis, aucun autre parti n’?tant en mesure de b?tir une coalition suffisante pour obtenir une majorit? ? l’Assembl?e. Hier soir, Sonia Gandhi a r?agi ? la victoire de son parti en promettant un ?gouvernement fort, stable et la?que?.

Mauvais calcul. Au pouvoir depuis cinq ans, la coalition men?e par le Bharatiya Janata Party (BJP, droite nationaliste) du Premier ministre Atal Behari Vajpayee est encore abasourdie par l’ampleur de sa d?faite inattendue. Compos?e d’une vingtaine de partis, l’Alliance d?mocratique nationale (NDA) ?tait en effet donn?e gagnante dans tous les sondages. S?r de sa victoire, Vajpayee avait d’ailleurs provoqu? ces ?lections avec cinq mois d’avance, afin de b?n?ficier de la bonne conjoncture ?conomique du moment et de la d?tente amorc?e avec le Pakistan. Un mauvais calcul puisqu’au bout du compte la NDA a chut? de plus d’une centaine de si?ges au Parlement. Plusieurs ministres ont perdu leur mandat de d?put?, et la d?b?cle ?tait telle, hier, que le BJP n’a m?me pas attendu le d?compte d?finitif pour conc?der sa d?faite. ?La NDA si?gera dans l’opposition?, a l?ch? le ministre de la D?fense, George Fernand?s, d?s la mi-journ?e.

Les derniers sondages sortie des urnes, publi?s ? l’issue de la derni?re journ?e de vote, lundi, pr?disaient certes une majorit? affaiblie pour la NDA, ce qui aurait contraint le BJP ? ?largir sa coalition ? d’autres petits partis. Mais personne n’aurait imagin? que le Congr?s, dans l’opposition depuis huit ans, pourrait revenir au pouvoir. Handicap? par les origines ?trang?res de sa pr?sidente (lire ci-contre) et plomb? par des d?faites en s?rie lors des derni?res ?lections r?gionales, le parti semblait en effet ?tre au fond du trou. La victoire, pourtant, est sans ?quivoque. Selon les r?sultats disponibles hier soir, le Congr?s et ses alli?s comptabilisent en effet plus de 220 si?ges alors que la NDA n’en obtient que 183.

Vote contestataire. Comment expliquer ce soudain renversement de situation ? Tout d’abord par le changement de discours du BJP, qui, cherchant ? ?largir son ?lectorat, avait d?laiss? les questions religieuses pour focaliser sa campagne sur les questions ?conomiques. Sous le slogan ?Shining India? (?l’Inde qui brille?), les nationalistes hindous comptaient en effet sur la bonne sant? ?conomique du pays pour se faire r??lire. Et de mettre en avant la croissance ? 8 %, la poursuite des r?formes ?conomiques et les cr?ations d’emplois li?es aux d?localisations. Probl?me : ce d?veloppement ?conomique ne concerne que les zones urbaines et les classes moyennes. Les campagnes, qui abritent toujours les deux tiers du milliard d’Indiens, se sentent, elles, exclues. D’o? leur vote contestataire qui, cumul? ? la d?route de certains alli?s r?gionaux du BJP, notamment dans le sud du pays, a achev? la d?b?cle de la droite nationaliste.

P.S.

Article paru dans Lib?ration, ?dition en ligne du vendredi 14 mai 2004.

SPIP | template | | Site Map | Follow-up of the site's activity RSS 2.0