Debating India
Home page > Questions internationales > s?curit? > Des cryptologues d?chiffrent un terme censur? dans un "m?mo" adress? par la (...)

Cryptologie

Des cryptologues d?chiffrent un terme censur? dans un "m?mo" adress? par la CIA ? Geoges Bush

Herv? Morin

Friday 7 May 2004, by MORIN*Herv?

Un passage recouvert ? l’encre noire dans un document r?cemment diffus? par la Maison Blanche a ?t? reconstitu?. La m?thode pourrait ?tre appliqu?e ? bon nombre d’archives d?classifi?es.

Il "s’ennuyait" devant la t?l?vision, le week-end de P?ques, "lorsque le m?mo de la CIA ? George Bush a ?t? diffus?", se souvient David Naccache, sp?cialiste du chiffrement des donn?es de la soci?t? fran?aise Gemplus. "J’ai aussit?t t?l?phon? ? Claire Whelan, une ?tudiante de la Dublin City University, dont je dirige la th?se, pour lui proposer de s’attaquer aux passages caviard?s", raconte-t-il. Mission accomplie, ou presque.

Le "m?mo" en question, adress? le 6 ao?t 2001 par la CIA au pr?sident Bush et intitul? "Ben Laden d?termin? ? frapper aux USA", venait d’?tre d?classifi? par la Maison Blanche. Celle-ci voulait prouver que la pr?cision des avertissements des services de renseignement n’?tait pas suffisante pour permettre au pr?sident d’emp?cher les attaques du 11 Septembre. Mais cinq passages pr?cisant les sources des renseignements collect?s avaient ?t? recouverts d’encre noire.

Pour le cryptologue David Naccache, ces fragments illisibles ?taient autant de chiffons rouges. Le r?sultat de ses efforts - "conduits ? titre priv?", pr?cise-t-il, soucieux de ne pas impliquer son employeur dans son initiative - a ?t? pr?sent? mardi 4 mai lors de la conf?rence Eurocrypt 2004 qui a r?uni jusqu’au 6 mai ? Interlaken, en Suisse, le gratin de la cryptographie mondiale. "La d?monstration ?tait fort impressionnante", juge Jean-Jacques Quisquater (universit? de Louvain-la-Neuve), sp?cialiste du domaine, qui salue cette entreprise de "reverse engineering de document censur?".

David Naccache et son ?l?ve ont en effet r?ussi ? d?couvrir l’un des mots censur?s. Le terme "Egyptian" leur semble le seul possible. Ils veulent peaufiner leur m?thode avant de rendre leur verdict sur un passage plus long, afin de ne pas la discr?diter. Et ils ont carr?ment jet? l’?ponge pour un mot totalement isol?, faute d’indices suffisants.

La technologie employ?e n’a, ? premi?re vue, rien de r?volutionnaire. Les deux chercheurs ont d’abord "redress?" le texte, d?form? lors de sa num?risation - l’inclinaison n’?tait que de 0,52?. Ils ont ensuite utilis? un logiciel de reconnaissance de caract?res pour d?terminer la police du texte qui fixe le nombre de signes par unit? de longueur. Le simple recours ? un dictionnaire d’anglais permet alors d’?tablir une liste de mots possibles. "1 530 correspondaient", indique David Naccache.

Mais l’article "an" pr?c?dant le mot myst?re impliquait que celui-ci commen?ait n?cessairement par une voyelle, ce qui a permis de ramener la liste ? 346 mots. En fran?ais, un indice fourni par des articles comme "un" ou "une" aurait, de la m?me fa?on, permis de resserrer les recherches. La s?lection a aussi ?t? facilit?e par le fait que la police de caract?re, l’Arial, est "proportionnelle", c’est-?-dire que la "chasse" des lettres varie. L’espace occup? par un i diff?re de celui pris par un w, ce qui peut donner des indices suppl?mentaires, par rapport aux polices dites "monospace", comme le Courrier, souvent utilis?, o? toutes les lettres se valent.

"Parmi les mots "survivants", cinq ou six pouvaient faire sens, mais seul Egyptian correspondait au contexte", indique le cryptologue. Cette derni?re ?tape rel?ve plus de l’intelligence humaine que de la g?om?trie du texte. Pour choisir parmi Ukrainian, univited, unofficial, incursive, Egyptian, indebted et Ugandan, les deux chercheurs se sont appuy?s sur leur bon sens, l’Ouganda et l’Ukraine semblant trop ?loign?s du th??tre des op?rations pour ?tre retenus, par exemple.

Sans doute l’analyse du "m?mo" de la CIA ne d?voile-t-elle qu’un "secret de polichinelle", reconna?t David Naccache. Mais la m?thode syst?matise les recherches. Dans un autre "m?mo", elle a r?v?l? que des h?licopt?res civils militaris?s par les Irakiens avaient ?t? achet?s ? la Cor?e du Sud. Et rien ne s’oppose ? l’application automatis?e de cette technique ? l’ensemble des documents d?classifi?s, dans lesquels elle pourrait mettre au jour "des mots isol?s, voire des groupes de deux ou trois mots". Avis aux censeurs...

P.S.

Article paru dans Le Monde, ?dition en ligne du 7 mai 2004.

SPIP | template | | Site Map | Follow-up of the site's activity RSS 2.0