Debating India
Home page > Public directory > External Affairs > Acharnement diplomatique autour du conflit

Inde-Pakistan

Acharnement diplomatique autour du conflit

Georges ABOU

Wednesday 23 June 2004, by ABOU*Georges

Le sommet d’Almaty s’ach?ve sur une note d’espoir, avec l’assurance donn?e par le pr?sident russe d’une rencontre prochaine entre le g?n?ral Musharraf et le Premier ministre Vajpayee. Mais aucun signe concret sur le terrain, ni aucune d?claration des deux hommes n’engagent ? l’optimisme.

Si l’on attendait de la r?union d’Almaty qu’elle scelle la r?conciliation entre l’Inde et le Pakistan, l’?chec est total. Contrairement ? leur pr?c?dente rencontre, lors du sommet r?gional tenu il y a six mois ? Katmandou, les chefs d’Etat des deux pays n’ont m?me pas consenti ? se rencontrer en t?te ? t?te, comme l’esp?rait notamment le Premier ministre russe. New Delhi est rest?e sur ses positions, privil?giant les signaux en provenance du terrain. Ces signaux restent mauvais: depuis trois semaines, il ne se passe plus une journ?e sans duel d’artillerie impliquant les deux camps. Au moins la r?union d’Almaty aura-t-elle eu le m?rite de manifester ? nouveau la tr?s vive inqui?tude de la communaut? internationale sur cette situation qui pr?vaut sur cette ligne de contr?le qui s?pare les deux arm?es dans la province contest?e du Cachemire et dont elle craint, ? juste titre, qu’elle ne d?g?n?re en guerre totale impliquant les armes nucl?aires dont disposent les uns et les autres. En attendant de disposer de v?ritables moyens d’action, les seize membres de la Conf?rence pour les interactions et les mesures de confiance en Asie (CICA) ont adopt? un document minimum dans lequel ils identifient le ?s?paratisme comme l’une des principales menaces (.) ? la s?curit? et la stabilit?? et s’interdisent de soutenir tout mouvement s?paratiste sur le territoire d’un autre Etat membre.

Et l? r?side pr?cis?ment la contradiction sur laquelle New Delhi peut toujours s’adosser pour ne manifester aucune souplesse face ? une direction pakistanaise accul?e ? r?pliquer sur le m?me registre belliqueux aux accusations indiennes. C’est bien ce qui tranche dans l’attitude des deux capitales. D’une part une super-puissance indienne bien camp?e dans le r?le de la victime du terrorisme islamique. D’autre part une puissance r?gionale moyenne pakistanaise qui, de son c?t?, a bien du mal ? convaincre qu’elle a brusquement rompu avec l’islamisme radical qu’elle encourageait jusqu’au 11 septembre dernier. Pourtant le g?n?ral Musharraf a multipli? ces derni?res semaines les signes de bonne volont?, protestant de sa bonne foi, donnant des gages et d?clarant qu’il ?tait pr?t, lui, ? rencontrer le Premier ministre Vajpayee. Sa situation est en effet des plus inconfortables. La nouvelle donne en Afghanistan l’a fragilis? et r?v?l? son impuissance ? v?ritablement agir sur le cours des ?v?nements, c’est ? dire ? apaiser la tension aux fronti?res.

L’Inde veut-elle la guerre ?

Dans ce contexte, New Delhi ne fait donc rien d’autre que d’attendre des signes concrets qui ne peuvent survenir. Et de laisser se refermer lentement, mais s?rement, le pi?ge de l’engrenage, ne laissant finalement d’autres choix ? Islamabad que celui des armes, t?t ou tard. Le g?n?ral Musharraf a bien senti se refermer sur lui le pi?ge indien. A l’issue de l’entretien s?par? qu’il a men? avec Vladimir Poutine, mardi, le num?ro un pakistanais a d?clar? devant la presse que ?l’Inde menace en permanence le Pakistan d’une attaque et refuse de dialoguer avec lui?. Il a ?galement indiqu? que le r?sident russe les avait invit?s, lui et son homologue indien, ? Moscou. Sans toutefois pr?ciser s’ils ?taient convi?s ? la m?me date. Ce sur quoi le pr?sident russe s’est voulu rassurant en d?clarant, ? l’issue d’entretiens s?par?s que les deux hommes ?ont d?cid? de r?gler leur diff?rend pacifiquement? et souhaitaient ?un contact direct?.

Simple formule diplomatique de circonstance ou v?ritable lueur d’espoir ? l’issue de la r?union d’Almaty ? En tout cas les diplomates n’ont pas encore ?puis? toutes leurs cartes. D’ici la fin de la semaine le vice-ministre am?ricain des Affaires ?trang?res et le ministre am?ricain de la D?fense sont attendus ? Islamabad et New Delhi.

See online : RFI

P.S.

Article RFI, publi? le 04 juin 2002.

SPIP | template | | Site Map | Follow-up of the site's activity RSS 2.0