Debating India
Home page > Public directory > Opinions, medias & society > L’Inde, terre b?nie des journalistes

L’Inde, terre b?nie des journalistes

Saturday 22 April 2006, by CHIPAUX*Fran?oise

NEW DELHI CORRESPONDANTE EN ASIE DU SUD

L’Inde est-elle devenue le paradis des journalistes ? "La sc?ne m?diatique indienne conna?t une explosion depuis deux ? trois ans", affirme Bhaskara Rao, pr?sident du Centre d’?tudes des m?dias (CMS). Trente cha?nes d’information en continu op?rent en Inde : en anglais, en hindi, les deux langues officielles, ou dans les langues r?gionales comme le telugu, le tamil ou le kannada, qui en ont plusieurs chacune. Ces cha?nes se sont multipli?es profitant des besoins induits par une sc?ne politique plus instable. La domination du Parti du Congr?s est termin?e, et la comp?tition entre les partis est une des principales raisons de l’?mergence des cha?nes d’information.

L’accroissement des revenus, l’ouverture du march?, qui a attir? les grandes soci?t?s dans le secteur de l’information, sont aussi des facteurs de cette explosion. "Jusqu’? une ?poque r?cente, les m?dias n’?taient pas consid?r?s comme une activit? commerciale. Aujourd’hui, c’est le contraire, et les grandes soci?t?s s’int?ressent au secteur", dit encore M. Rao. A c?t? des cha?nes d’information, trois ? quatre cha?nes sont consacr?es aux affaires. L? encore des projets sont en cours avec des cha?nes sp?cialis?es r?gionales ou th?matiques, comme l’agriculture, par exemple.

L’ouverture ?conomique et le d?veloppement d’une classe moyenne estim?e ? environ 250 millions d’individus ont entra?n? une expansion du march? publicitaire : aujourd’hui, 130 millions d’euros vont aux cha?nes d’information. "Dans une Inde en pleine transformation, les gens veulent savoir ce qui est nouveau, ce qui les attend, ce qu’ils peuvent esp?rer", affirme un pr?sentateur de t?l?vision.

Cette prolif?ration pose toutefois un probl?me de qualit?. "Ces cha?nes recrutent en majorit? des jeunes inexp?riment?s et incapables de donner une perspective. Ces jeunes sont juste int?ress?s par le prestige du petit ?cran", affirme Mme Annu Anand, chercheuse au Press Institute of India. "Lors de mes cours dans des ?coles de journalisme, les ?tudiants me disent tous qu’ils veulent ?tre journalistes de t?l?vision", ajoute-t-elle. Cent trente universit?s, selon M. Rao, ont des d?partements de journalisme, mais, dit-il, "ceux-ci n’ajoutent rien aux bulletins t?l?vis?s".

"Les ?coles apprennent juste ? ces jeunes comment tenir le micro sans interruption, comment se comporter devant la cam?ra, comment bien prononcer, c’est tout", d?plore Mme Anand, qui souligne "le manque total d’?thique et le m?lange pernicieux de la publicit? avec l’information" sur beaucoup de ces cha?nes.

Si l’Inde cherche ? se projeter sur la sc?ne mondiale, les informations ?trang?res restent une raret?. La presse indienne dans son ensemble n’a, il est vrai, qu’environ dix correspondants ? l’?tranger, quand les m?dias de plus de cinquante pays ont des bureaux en Inde. Les cha?nes d’information indiennes n’ont aussi que tr?s peu d’envoy?s sp?ciaux, sauf quand ces derniers accompagnent des officiels. "Les promoteurs de ces nouvelles cha?nes se sont concentr?s sur la technologie, les infrastructures, mais pas sur le contenu", affirme Mme Anand. "Ils sont pr?ts ? investir des millions dans des appareils, mais pas pr?ts ? investir dans le salaire d’un bon journaliste", d?plore-t-elle.

Une analyse du contenu de ces cha?nes, faite par le CMS, r?v?le que Delhi, la capitale, et Bombay, la m?gapole ?conomique et financi?re, monopolisent respectivement 35 % et 16 % des nouvelles. 60 % du milliard d’Indiens vivent dans les campagnes, mais ? peine 1 % des nouvelles concerne le monde rural. "M?me pendant les ?lections, la couverture des campagnes n’a pas atteint 3 %, contre 7 % d?volus aux affaires criminelles", ?crivent dans une ?tude r?cente M. Rao et Mme Vasanti, directrice du CMS. "Je n’ai jamais vu une enqu?te montrant que les probl?mes sociaux occupaient plus de 5 % des informations ? la t?l?vision ou dans les journaux", affirme Mme Anand.

Le paysage audiovisuel indien n’a pas fini d’?voluer, puisque, pour l’instant, seuls 50 % des Indiens regardent la t?l?vision.

See online : Le Monde

SPIP | template | | Site Map | Follow-up of the site's activity RSS 2.0