Debating India
Home page > Questions internationales > Questions asiatiques > L’?agent 127? de Pyongyang c?de aux sir?nes du Sud

Cor?e

L’?agent 127? de Pyongyang c?de aux sir?nes du Sud

Thursday 6 January 2005, by TEMMAN*Michel

Mister Lee, un espion nord-cor?en, s’est rendu aux services secrets de S?oul.

Form? ? Pyongyang, ?Mister Lee?, 28 ans, ?tait (presque) parfait dans son r?le de taupe. Habile espion ? la solde du r?gime communiste, il avait r?ussi ? se faire passer pour un talbukja, terme d?signant les 5 900 transfuges nord-cor?ens ayant fui en Cor?e du Sud depuis la fin de la guerre de Cor?e (1950-1953). Apr?s quinze mois de bons et loyaux services en territoire capitaliste ennemi, il a d?cid? de se mettre ? table. Depuis plusieurs mois, il est interrog? par l’Agence nationale du renseignement sud-cor?en. Le 1er d?cembre, plusieurs officiels (anonymes) de cette agence ont ?bruit? l’affaire. Elle a ?t? aussit?t r?v?l?e par le quotidien Joon-Ang Ilbo.

Originaire de Deokseong, au sud de la province de Hamgyong, Lee a gagn? les rangs de l’arm?e du peuple de Cor?e du Nord au milieu des ann?es 90. C’?tait pour lui l’assurance d’un (maigre) subside mensuel et de portions de nourriture garanties par son grade de sergent. Enr?l? dans sa province natale au sein d’une unit? patrouillant le long de la fronti?re du nord, il se met en t?te de d?serter et de s’exiler en Chine. En juin 1997, il passe clandestinement la fronti?re. Et se terre en Chine pendant de longs mois. Mais lors d’une descente de la police chinoise, qui pourchasse les r?fugi?s nord-cor?ens, il est arr?t? et aussit?t rapatri? de force en Cor?e du Nord, vers une mort probable...

Informateur. Est-ce parce qu’il est issu des rangs de l’arm?e ? Mister Lee ?chappe au peloton d’ex?cution. Sa punition, pour autant, ne tarde pas. Apr?s avoir pr?t? serment de loyaut? au r?gime, le 11e centre de commandement de d?fense de l’arm?e nord-cor?enne lui intime l’ordre de regagner la Chine, cette fois en qualit? d’informateur. Sa mission : infiltrer les groupes d’opposants ? la Cor?e du Nord ? parfois financ?s par la Cor?e du Sud ? actifs en Chine. Lee obtemp?re. Sans doute n’a-t-il pas le choix : il se doute, ou alors lui fait-on probablement savoir, que le sort de sa famille est d?s lors li? au sien. On lui donne de l’argent et le num?ro de code ?agent 127?. Mister Lee repasse la fronti?re.

De f?vrier ? novembre 2002, la nouvelle recrue des services secrets nord-cor?ens fait un sans faute. Comme l’a pr?cis? la cha?ne cor?enne d’information YTN, Lee observe alors en territoire chinois les mouvements de Nord-Cor?ens fuyant leur pays, collectant des informations sur les passeurs et les fili?res. Associations de soutien, organisations non gouvernementales, ?glises et pasteurs protestants sont nombreux ? aider les talbukja. Ces exil?s qui ont fui ? leurs risques et p?rils cherchent ? se fondre dans la population chinoise ou tentent de gagner la Cor?e du Sud voire d’autres Etats, Russie, Vietnam, Tha?lande, Cambodge, Mongolie ext?rieure... Depuis janvier 2004, 760 nord-cor?ens fuyant la dictature stalinienne ont ?t? accueillis ? S?oul. D’apr?s le ministre de l’Unification sud-cor?en, ?10 000 r?fugi?s nord-cor?ens pourraient gagner la Cor?e du Sud ces prochaines ann?es?. Un ph?nom?ne et des chiffres qui inqui?tent le r?gime de Kim Jong-il.

Transfuges. L’agent 127 travaille si bien que Pyongyang l’affecte ? une nouvelle mission, plus d?licate : espionner jusqu’en Cor?e du Sud la fili?re des r?fugi?s. Pour gagner S?oul, Mister Lee serait pass? par une fili?re habituellement utilis?e par les transfuges via l’Asie du Sud-Est. Lee d?barque ? S?oul en janvier 2003. Inesp?r? : on lui d?livre la nationalit? sud-cor?enne et une carte d’identit?. Il peut d?s lors tranquillement vaquer ? sa mission. C’est ainsi qu’il collecte quantit? d’informations sur les r?fugi?s accueillis ? S?oul. En particulier sur le centre d’interrogatoire des transfuges, aux mains des services secrets sud-cor?ens, plac? sous vid?o surveillance et gard? par un impressionnant cordon de s?curit?. Lee acc?de aussi aux adresses de la fili?re. Il passe du temps au Hanawon, le Centre d’int?gration des r?fugi?s, o? les nouveaux venus nord-cor?ens apprennent ? s’adapter ? la vie en pays capitaliste. L’agent 127 se livre ? ce man?ge durant un an et trois mois.

En avril dernier, muni d’un passeport sud-cor?en, il retourne sans encombre en Chine. D’o? il regagne la Cor?e du Nord. De l’autre c?t? de la fronti?re, il remet son rapport ? un officier de l’Agence pour la s?curit? de l’Etat de Cor?e du Nord (sic). De source sud-cor?enne, Lee aurait alors ?t? emmen? ? Sinuiji, pr?s de la fronti?re chinoise, o? il aurait perfectionn? durant dix jours ses connaissances en techniques d’espionnage (codage, t?l?communications).

Cas de conscience. Charg? d’une ?ni?me mission en Cor?e du Sud (infiltrer l’une des associations aidant les r?fugi?s), Lee regagne S?oul le 19 mai. A son arriv?e ? l’a?roport d’Incheon, il fait savoir ? un Nord-Cor?en ?tabli en Chine (son agent traitant ?) qu’il est ?bien arriv??. Les jours suivants, Lee se serait senti surveill?. Panique-t-il ? Toujours est-il que deux semaines plus tard ? peine, l’agent 127 capitule et se rend aux autorit?s sud-cor?ennes. Cette affaire semble poser aux autorit?s militaires et judiciaires du Sud un cas de conscience rare. Car si l’agent 127 est bel et bien un espion, il n’en ?tait pas moins, ? l’origine, un dissident fuyant la dictature nord-cor?enne.

See online : Lib?ration

SPIP | template | | Site Map | Follow-up of the site's activity RSS 2.0