Debating India

INDE

La plus grande ?lection du monde

Pierre PRAKASH

Saturday 24 April 2004, by PRAKASH*Pierre

Un sixi?me de l’humanit? exerce son droit de vote : 670 millions d’Indiens sont appel?s aux urnes d’ici le 10 mai. Les nationalistes au pouvoir sont donn?s gagnants.

Les ?lections indiennes, qui ont d?but? le 20 avril, constituent de tr?s loin le plus grand exercice ?lectoral de la plan?te. Quand la plus grande d?mocratie au monde se rend aux urnes, c’est en effet un sixi?me de l’humanit? qui exerce son droit de vote. R?sultat: un v?ritable cauchemar logistique. 670 millions d’?lecteurs, un million de machines ?lectroniques ? faire tourner dans 700 000 bureaux de vote, plus de quatre millions de fonctionnaires mobilis?s en comptant les forces de l’ordre, et un scrutin qui, pour toutes raisons, s’?tale sur plus de trois semaines. Un d?fi colossal, en somme, pour la commission ?lectorale, sans compter qu’elle doit aussi veiller aux fraudes, quasi-syst?matiques, et ? la s?curit? des bureaux de vote, loin d’?tre assur?e dans ce pays en proie ? de nombreuses r?bellions arm?es. Dix-neuf personnes ont d’ailleurs ?t? tu?es au cours du premier jour de vote, mardi.

Selon les sondages, le parti du peuple indien (BJP, nationaliste hindou), au pouvoir depuis 1999, devrait se maintenir au pouvoir ? l’issue de ce marathon ?lectoral, probablement m?me avec une pr?sence renforc?e au Parlement. Ag? de 79 ans, le Premier ministre Atal Behari Vajpayee reste en effet de tr?s loin l’homme politique le plus populaire du pays. Son image a d’ailleurs domin? la campagne du BJP, au m?me titre que les questions ?conomiques. Pour la premi?re fois, le BJP a en effet mis en sourdine son discours ultra-nationaliste et farouchement pro-hindou pour se focaliser sur les questions de d?veloppement. Un changement de discours qui vise surtout ? souligner les bonnes performances ?conomiques du gouvernement sortant, incarn?es par un taux de croissance projet? ? 8% en 2003-2004, soit la plus forte croissance au monde apr?s la Chine.

Superpuissance ?conomique

?Nous voulons faire de l’Inde une superpuissance ?conomique?, ont r?p?t? les t?nors du parti tout au long de la campagne, promettant une croissance? deux chiffres ? l’horizon 2010. Le discours habituel sur ?l’hindouit?? a par contre disparu, le BJP promettant m?me d’ouvrir un ?nouveau chapitre? avec la communaut? musulmane. De quoi, esp?re-t-il, rassurer les minorit?s religieuses apr?s les ?meutes intercommunautaires qui ont entach? le mandat de M. Vajpayee. Il y a deux ans, plus de 2000 musulmans avaient en effet ?t? massacr?s par les mouvements extr?mistes hindous au Gujarat, un Etat dirig? par l’aile dure du BJP. Le parti pris des autorit?s locales est tel qu’aucun hindou n’a, ? ce jour, ?t? condamn? pour les atrocit?s commises.

L’opposition, men?e par le parti du Congr?s de Sonia Gandhi, accuse d’ailleurs le BJP de chercher ? cacher son jeu en focalisant son discours sur les questions ?conomiques. Et de souligner que la bonne conjoncture actuelle n’est, de toutes fa?ons, que le fruit des r?formes lanc?es dans les ann?es 90, lorsqu’il ?tait au pouvoir, et d’une bonne mousson l’an dernier. Apr?s cinq ann?es de s?cheresse, l’?conomie indienne a en effet ?t? largement dop?e par les pluies abondantes de l’?t? dernier, cruciales dans ce pays o? l’agriculture continue d’employer les deux-tiers de la population. Le BJP a d’ailleurs provoqu? les ?lections avec cinq mois d’avance afin, pr?cis?ment, d’?viter de subir une mauvaise mousson cette ann?e, ce qui se traduirait par un recul du taux de croissance.

Particuli?rement affaibli depuis sa d?faite aux derni?res ?lections r?gionales, le Congr?s n’a cependant pas grand argument pour convaincre les ?lecteurs de le ramener au pouvoir, o? il a d?j? pass? 45 ans. S’il souligne, avec raison, que l’embellie ?conomique actuelle ne b?n?ficie qu’? une fraction de la population, il n’offre cependant pas d’alternatives. Sans compter que les origines de Sonia Gandhi, n?e Italienne avant d’?pouser l’ancien Premier ministre Rajiv Gandhi, font d’elle une cible facile pour le BJP. La candidature de son fils, Rahul Gandhi, a certes donn? un coup de pouce ? sa campagne, les nostalgiques de la ?grande ?poque? du Congr?s voyant en lui le v?ritable h?ritier de la dynastie qui r?gna sur l’Inde pendant quatre d?cennies. D’apr?s les sondages, son entr?e en sc?ne ne devrait toutefois pas r?ellement modifier la donne ?lectorale. Sauf surprise de derni?re minute, le BJP devrait donc l’emporter sans encombres. Il ne semble toutefois pas ?tre en mesure d’obtenir une majorit? absolue ? l’Assembl?e, ce qui l’obligerait, une nouvelle fois, ? former une coalition avec des grands partis r?gionaux. Les r?sultats d?finitifs sont attendus le 13 mai.

See online : RFI

P.S.

Article RFI publi? le 24 avril 2004.

SPIP | template | | Site Map | Follow-up of the site's activity RSS 2.0