Debating India
Home page > Public directory > External Affairs > Cooperations > P?kin et New Delhi pr?voient la r?ouverture d’une route commerciale (...)

INDE - CHINE

P?kin et New Delhi pr?voient la r?ouverture d’une route commerciale au Sikkim

Par AFP

Thursday 26 June 2003

Article paru dans Le Monde, ?dition en ligne du 26 juin 2003.

P?kin et New Delhi veulent porter leurs ?changes commerciaux, qui ont progress? de 37,6% en 2002, ? 10 milliards de dollars en 2005.

Le premier ministre indien, Atal Behari Vajpayee, a quitt? P?kin mercredi 25 juin pour Luoyang, au centre du pays, et Shangha?, apr?s avoir sign? des accords avec les dirigeants chinois pr?voyant notamment la r?ouverture d’une route commerciale ? travers le Sikkim.

Selon la presse indienne, ce geste de P?kin s’apparente ? une reconnaissance de la souverainet? de l’Inde sur cet Etat himalayen annex? par New Delhi en 1975. Le porte-parole du minist?re chinois des affaires ?trang?res, Kong Quan, a d?clar? pour sa part mardi que "cette question ne peut pas ?tre r?solue du jour au lendemain".

LITIGE FRONTALIER

M. Vajpayee, qui effectue en Chine la premi?re visite d’un chef de gouvernement indien depuis dix ans, a proclam? lundi que l’?poque de la suspicion mutuelle ?tait r?volue.

Dans une d?claration conjointe, l’Inde a de son c?t? explicitement reconnu la souverainet? chinoise sur le Tibet. Mais le ministre indien des affaires ?trang?res, Yashwant Sinha, a pr?cis? que son pays, qui abrite le gouvernement tib?tain en exil ? Dharamsala, dans l’Etat de l’Himachal Pradesh, "consid?re sa saintet? le dala? lama comme un chef religieux. Il n’y a pas de changement dans notre position sur ce point", a-t-il pr?cis?. Lorsque le chef spirituel et temporel du Tibet a quitt? son pays en 1959, suite ? l’invasion des troupes chinoises en 1950, l’Inde l’a accueilli. Des centaines de Tib?tains fuient chaque ann?e leur pays, toujours occup?, et arrivent en Inde apr?s avoir transit? par le N?pal.

Dans un interview ? la BBC, M. Sinha a qualifi? d’excellente la visite de M. Vajpayee. "Il n’y a aucune tentative de part ou d’autre d’?viter ou d’?carter un sujet. Tout a ?t? discut? avec la franchise et la libert? possibles entre deux pays amis", selon M. Sinha.

La Chine a longtemps eu une relation tendue avec l’Inde. Les deux pays s’?taient fait la guerre en 1962 pour un diff?rend territorial. P?kin revendique une partie de l’Arunachal Pradesh (nord-est de l’Inde), alors que New Delhi r?clame une partie du Cachemire occup?e par la Chine.

M. Vajpayee doit visiter ? Luoyang le temple bouddhiste du Cheval Blanc (Baimasi), le plus vieux de Chine o? des textes religieux ont ?t? traduits du sanscrit en chinois au 1er si?cle de notre ?re. Il doit ensuite se rendre ? Shangha?, la capitale ?conomique du pays.

P?kin et New Delhi veulent porter leurs ?changes commerciaux, qui ont progress? de 37,6 % en 2002, ? 10 milliards de dollars en 2005.

SPIP | template | | Site Map | Follow-up of the site's activity RSS 2.0